Ça roule pour les voitures de luxe. Certes, aucune marque d'entre elles ne figure dans le top 20 des voitures les plus vendues, en 2005, en Belgique. Et leurs chiffres de ventes restent marginaux. Mais c'est un fait, les véhicules haut de gamme ont la cote. Selon les statistiques de la Febiac, la fédération belge de l'industrie automobile et du cycle, le segment luxe qu'elle répertorie sous le nom «limousines» et qui ne représente que 1,5 pc du marché a quasiment doublé en 2005, par rapport à 2004, pour atteindre les 7325 unités, contre 3758 en 2004. Quelques marques de cette catégorie ont enregistré de belles progressions: Maserati (+65 pc), Bentley (+26 pc), Cadillac (+42 pc) et dans les sportives de luxe, Porsche a vu ses ventes bondir de 39 pc. Toutefois, explique Nadine Atanassoff, conseillère économique à la Febiac, «la forte croissance du segment haut de gamme est un peu faussée par le fait que l'Audi A 6 (3965 immatriculations), de par sa taille plus importante, a été incluse dans ce segment».

De manière moins marginale, les 4X 4 ont continué à séduire de plus en plus d'automobilistes belges. Il s'en est vendu 37809 unités en 2005, soit 5,1 pc en plus qu'en 2004 et quatre fois plus qu'il y a 10 ans. Hyundai (avec la Tuscon) a détrôné Toyota dans ce créneau.

A la veille du 84e Salon de l'Auto, qui ouvrira ses portes au grand public jeudi au Heysel, à Bruxelles, la Febiac a dressé le hit-parade des voitures préférées des Belges en 2005. Tous modèles confondus (voitures particulières, breaks et monovolumes), c'est la Renault Mégane qui reste la voiture la plus prisée avec 23545 voitures vendues dans le royaume. Elle devance la Peugeot 206 (18003) et la Golf de Volkswagen (16475). Dans la catégorie des voitures particulières, c'est la Peugeot 206 qui tient de loin la palme, devant la Citroën C 3, la Golf, l'Opel Corsa et la Polo (VW). Dans le classement des breaks (une voiture sur quatre immatriculées l'an dernier), c'est la Peugeot 307 qui arrive en première position, devant l'Opel Astra, l'Audi A 4. Enfin, dans la famille des monovolumes (20 pc du marché), c'est la Renault Mégane (11802 véhicules) qui est reine; elle devance la Citroën Xsara, l'Opel Meriva et la Zafira.

Dans le clan des perdants 2005, on trouve «les petites urbaines» (1,6 pc du marché), qui comprennent notamment la Citroën C 1, la Smart, la Lupo (Volkswagen), la Peugeot 107, l'Alto (Suzuki) et l'Aygo (Toyota). Leurs immatriculations ont chuté, en un an, de 9217 à 7765.

Malgré les incitants fiscaux accordés par le gouvernement, les «voitures propres» n'ont pas décollé. «La prime (à déduire de l'exercice fiscal 2005, NdlR) n'a eu aucun effet», observe la conseillère économique de la Febiac. Seulement 772 voitures émettant moins de 105 grammes de CO 2 au kilomètre (Toyota Prius, Smart Diesel, Lupo 3l et Audi A 2 3l) et bénéficiant de l'avantage fiscal le plus intéressant ont été vendues en 2005. Dans l'autre catégorie (émettant entre 105 et 115 grammes de CO2 et dans laquelle on trouve entre autres les C 2 et C 3 Diesel, la Peugeot 206 Diesel), il s'en est vendu quelque 17000, un chiffre stable par rapport à 2004.

© La Libre Belgique 2006