"Si je ne puis, bien entendu, engager un gouvernement suivant, j'estime que le MoU jette les bases d'un accord équilibré entre toutes les parties concernées", déclare Yves Leterme dans sa lettre. "Suite à la situation politique de la fin de la semaine dernière qui m'a mené, vendredi, à présenter au Roi la démission du gouvernement, le gouvernement n'a pas encore pris d'engagement" dans le cadre de la reprise de Kaupthing Luxembourg, explique toutefois le premier ministre démissionnaire.

Au sujet du Memorandum of Understanding, Yves Leterme précise que la déclaration de principe conclue entre le gouvernement luxembourgeois et le candidat repreneur "vise à permettre le remboursement intégral de l'ensemble des clients, en ce compris les clients de la succursale belge". Yves Leterme explique encore que le MoU se base sur une coopération entre les autorités luxembourgeoises et belges et que, pour permettre la reprise, un apport est demandé au Luxembourg comme à la Belgique.

"J'espère dès lors que les efforts que le ministre Reynders et moi-même avons fournis ces derniers mois contribueront à une solution rapide et définitive qui mettra un terme à vos incertitudes", conclut Yves Leterme. "Vous pouvez continuer à faire appel à moi dans ce dossier comme dans d'autres", ajoute-t-il.

La filiale luxembourgeoise de Kaupthing a été placée en sursis de paiement le 9 octobre par le tribunal de commerce de Luxembourg, suite à l'effondrement du secteur financier islandais, et les avoirs de ses clients, au Luxembourg mais aussi en Belgique, sont depuis lors gelés. En Belgique, près de 20.000 personnes sont concernées.