Yves Leterme exhorte les clients de Dexia à ne pas vider leurs comptes et promet que l'Etat soutiendra la banque. "Nous assumerons nos responsabilités, comme nous l'avons fait avec Fortis. Par dessus tout, il faut dire aux gens de rester calme. Il n'y a absolument aucune raison de retirer les dépôts. Dexia est une banque saine", a dit Leterme à la chaîne de télévision RTL.

Durant le même programme, le ministre des Finances Didier Reynders a dit que le groupe Fortis, dont les opérations belges et luxembourgeoises sont à présent sous le contrôle de BNP Paribas, serait relancé. Il a exhorté les actionnaires à garder foi envers de futurs profits et dividendes.

La nouvelle direction du groupe bancaire franco-belge en difficulté Dexia s'est dite confiante ce soir. En ajoutant qu'elle pourra "définir dans les jours qui viennent les mesures qui permettront d'assurer la pérennité du groupe", a annoncé Pierre Mariani, nouvel administrateur délégué de Dexia lors d'un point presse.

Le président du conseil d'administration du groupe, Jean-Luc Dehaene, a de son côté rappelé que Dexia était une entreprise solvable et que cette solvabilité a encore augmenté avec l'injection de capital de la semaine dernière. "Le gouvernement et les actionnaires m'ont demandé unanimement de devenir président de Dexia", a souligné M. Dehaene. Un comité de direction était prévu mardi en début de soirée.

Nouvelle direction chez Dexia

Le groupe Dexia a confirmé mardi matin, dans un communiqué de presse, que son conseil d'administration a coopté Jean-Luc Dehaene, ancien Premier ministre belge, et Pierre Mariani, membre du comité exécutif de BNP Paribas, comme membres du conseil d'administration.

Jean-Luc Dehaene a été élu président du conseil d'administration en remplacement de Pierre Richard. Pierre Mariani a été désigné administrateur délégué et président du comité de direction, en remplacement d'Axel Miller. Leurs fonctions prennent effet immédiatement

Le gouvernement belge a décidé, en accord avec le gouvernement et la présidence française, de proposer l'ancien premier ministre belge Jean-Luc Dehaene à la présidence du groupe Dexia ainsi que le Français Pierre Mariani, cadre de BNP Paribas, comme nouveau CEO du groupe, ont annoncé mardi matin le premier ministre Yves Leterme et le ministre des Finances Didier Reynders à l'issue d'un conseil des ministres.

Le départ des deux dirigeants de la banque franco-belge Axel Miller et Pierre Richard avait été posé comme condition au sauvetage de Dexia par la France, la Belgique et le Luxembourg, pour 6,4 milliards d'euros. Jean-Luc Dehaene est ainsi appelé à remplacer Pierre Richard à la présidence du conseil d'administration du groupe franco-belge. Yves Leterme a souligné que l'ancien premier ministre était "très motivé" à l'idée de prendre ce poste à la tête de la banque franco-belge, spécialisée dans le financement des collectivités locales. "Jean-Luc Dehaene a été bourgmestre d'une ville (Vilvorde, ndlr) et connaît donc bien la holding communale", a relevé M. Leterme, qui souligne aussi l'expérience de M. Dehaene dans les grands groupes internationaux, ainsi que les nombreux contacts dont il dispose. M. Dehaene est "fier et content" de ce nouveau poste, et pas seulement parce que Dexia s'affiche sur le maillot des joueurs du Club de Bruges, dont il est un ardent supporteur, a ajouté Yves Leterme en boutade.

Quant au candidat à la succession d'Axel Miller au poste d'administrateur-délégué (CEO) du groupe Dexia, Pierre Mariani, 52 ans, il est un ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget au début des années 90.

Il devint en 1995 directeur général de la Société Française d'investissements immobiliers et de gestion (SEFIMEG) et fut ensuite directeur général et membre du directoire (en 1996) puis président du directoire de Banexi, la banque d'affaires du groupe BNP, avant d'assumer la direction de la division services financiers et banque de détail à l'international chez BNP Paribas.

Pierre Mariani et Jean-Luc Dehaene sont, selon Yves Leterme, deux personnalités de choix "à la hauteur de la tâche" qui les attend. "Pour le marché, c'est un signe fort de confiance", a-t-il estimé.

Pour le ministre des Finances Didier Reynders, les deux hommes présentent toutes les qualités pour réaliser la restructuration et l'accompagnement des actionnaires.

Le gouvernement belge a demandé que les instances de Dexia se réunissent ce mardi afin que MM. Mariani et Dehaene soient opérationnels dès ce jour.

Interrogé sur l'éventualité d'un démantèlement de Dexia évoqué lundi par les autorités luxembourgeoises, M. Reynders a précisé qu'il convient de laisser le choix aux actionnaires belges et français de débattre à ce sujet, rejoignant ce qu'avait également indiqué la présidence française. "Personne ne doute des perspectives d'avenir du groupe Dexia, mais le gouvernement est prêt à prendre ses responsabilités pour l'aider", a précisé Yves Leterme. Il interviendra si la situation le demande, a-t-il ajouté.