Une contribution de Roald Sieberath, Multi-entrepreneur, startup coach et venture partner pour LeanSquare, et Professeur invité à l'UCL et à l'UNamur. 

Chère C.,

Merci pour tes bons vœux,

A mon tour je te souhaite le meilleur, pour toi et ton projet en 2019.

Au moment de redémarrer l’année, c’est sans doute un bon moment pour prendre l’une ou l’autre bonne résolution.
Comme les derniers mois semblent avoir été stressants (on connaît les « montagnes russes » de l’entrepreneuriat), j’aimerais te suggérer des tendances que je vois aux Etats-Unis.

Alors que chez nous, on focalise encore trop souvent sur le projet (en laissant l’entrepreneur se débrouiller avec ses qualités, ses défauts, ses démons), aux USA il est communément admis que le développement personnel du startupeur fait partie du succès de l’entreprise.

Srikumar Rao , un prof recherché par les meilleurs MBA, où il enseigne des éléments de sagesse orientale, met en première position le bonheur et la sérénité de l’entrepreneur. La réussite de l’entreprise n’en sera qu’une conséquence.

Plusieurs chemins pour y arriver. La méditation fait peut-être partie de ces choses que tu considères comme des « modes », et qui te fait lever les yeux au ciel. Pourtant, de plus en plus de CEOs voient cela non plus comme une simple relaxation, mais comme un véritable moyen de performance.

Emily Fletcher , qui a donné des ateliers de méditation à Harvard et chez Google, explique que nous vivons dans une société qui nous a amené à sur-muscler notre cerveau gauche, calculateur, toujours dans le passé ou le futur, analytique. Et nous avons négligé et atrophié notre cerveau droit, intuitif, créatif, et connecté au moment présent.

La méditation dans la durée renforce le corps calleux, qui relie les deux hémisphères, et nous rend davantage capables de puiser dans des ressources de réponses créatives, même sous moments de stress.

Ceci nous rend davantage capables d’accéder à notre état de « flow », de performance sans distraction et sans effort apparent. Cet état a été bien étudié par le « Flow Genome Project » de Steven Kotler et Jamie Wheal. Qui en plus de la méditation, recommandent une palette d’approches, incluant le biofeedback, le mouvement, et une attention au cocktail de neurotransmetteurs impliqués dans ces états.

On le voit : il y a là une approche bien américaine à vouloir tirer tous les « bénéfices » d’une technique. Dans notre culture européenne, il serait sans doute utile de modérer quelque peu cela, en écoutant un maître comme Fabrice Midal, qui enseigne la méditation depuis plus de 20 ans, et qui résiste au « matérialisme spirituel », à l’usage de la méditation juste parce qu’elle serait utile. C’est résumé dans son dernier livre « Foutez-vous la Paix ! Et commencez à vivre ».

En résumé donc, le meilleur vœu à te faire, c’est de veiller à tes pensées, car elles forment ta réalité. Et ça, le Bouddha le disait déjà.

R.