Entreprises & Start-up

La start-up Meero, qui vend des reportages photos pour les sites internet de grands clients, a réalisé une opération record pour une jeune pousse française, entrant dans le cercle fermé des "licornes" tricolores. 

Forte d'un réseau de 58.000 photographes dans le monde, Meero emploie aujourd'hui 600 personnes et prévoit encore de doubler ses effectifs d'ici à la fin de l'année. L'entreprise n'a pourtant que trois ans: fondée en 2016 par Thomas Rebaud, elle a connu une croissance fulgurante, notamment grâce à ses outils d'intelligence artificielle qui lui permettent de retoucher en quelques secondes les clichés pris par ses photographes. L'objectif: satisfaire aux exigences de ses prestigieux clients du secteur de l'immobilier, de l'hôtellerie ou encore des voyages, parmi lesquels on retrouve Booking, Expedia, Deliveroo, L'Oréal ou encore Louis Vuitton. Ces groupes ont besoin de photographier leurs produits ou leurs sites dans le monde entier avec un cahier des charges qui soit partout le même. Une requête que Meero peut satisfaire grâce à l'automatisation de la retouche image qui permet de livrer très rapidement des photos homogènes.

Cinquième licorne française

Avec cette levée de 205 millions d'euros, un record en France pour une entreprise aussi jeune, Meero rejoint le clan des "licornes" françaises, ces entreprises non cotées valant plus d'un milliard de dollars. Selon le cabinet CBInsights qui recense 361 licornes dans le monde, seules quatre sociétés françaises entraient jusqu'ici dans cette catégorie: Blablacar, Deezer, Doctolib et OVH. Pour cette opération, les fonds Eurazeo, Prime Ventures et Avenir Growth se sont joints aux investisseurs historiques - Global Founders Capital, Aglaé Ventures, Alven, White Star Capital et Idinvest. Le total des fonds levés par Meero est désormais de "près de 300 millions de dollars", a indiqué l'entreprise. En 2018, seules deux levées de fonds de start-up ou ex-start-up françaises avaient dépassé les 150 millions d'euros, celle de l'éditeur de jeux vidéo Voodoo (169 millions d'euros) et de la plate-forme d'écoute en ligne Deezer (160 millions d'euros). Avec cet argent, Meero compte s'étendre désormais sur les marchés du commerce en ligne, mais aussi des particuliers pour lesquels il prévoit par exemple une activité de photos de mariage. L'entreprise veut en outre accélérer le développement des outils logiciels destinés à sa communauté de photographes indépendants: comptabilité, gestion client, marketing...

Meero a aussi indiqué préparer le lancement d'un magazine photo en plusieurs langues.

Thomas Rebaud conçoit Meero comme une plate-forme au service de ses photographes, pour les aider à vivre de leur passion en leur fournissant un revenu de base - "quasiment un millier d'euros par mois en moyenne aujourd'hui", selon lui. "Dans des sociétés où la logique et la compétition sont au coeur du système éducatif, la créativité est perçue au mieux comme un chemin de traverse, sinon une voie de marginalisation", déclare-t-il dans le communiqué sur la levée de fonds. "On va se battre pour que ceux d'entre nous qui le souhaitent puissent réellement utiliser leur temps et leur énergie à créer", affirme-t-il.