"Dans le cadre de cette restructuration, Liberty veut vendre ses activités d'alliages spéciaux et d'acier pour l'aérospatiale à Stocksbridge" dans le nord de l'Angleterre, "des actifs uniques et de grande qualité" mais considérés comme "non stratégiques" pour le groupe, notamment car pas assez en ligne avec sa "vision" d'un acier moins polluant, d'après un communiqué lundi.

"Une vente formelle des (infrastructures) de Stocksbridge" et d'autres à Brinsworth et West Bromwich, également dans le nord de l'Angleterre, "sera bientôt lancée", ajoute-t-il.

Liberty, filiale du groupe GFG Alliance, holding familiale de Sanjeev Gupta, explique avoir tenu "des réunions très constructives ce week-end à Dubaï" entre Sanjeev Gupta, son nouveau comité de restructuration et transformation, et Credit Suisse Asset Management, l'un des créditeurs de Greensill et qui se tourne à présent vers GFG et Liberty, qui devait de l'argent à la société en faillite.

Le communiqué annonce "un accord" sur l'activité de métaux primaires de Liberty en Australie "pendant qu'un refinancement se termine et qui permettra de rembourser pleinement Credit Suisse".

Le groupe précise avoir aussi "déjà commencé un processus formel de vente" de Liberty Aluminium Technologies, et Liberty Pressing Solutions, deux autres usines en Angleterre.