La société L’Avenir Advertising SA (LAA) a annoncé vendredi son intention de procéder à un licenciement collectif au sein du toutes-boîtes Proximag, fait savoir le front commun syndical. "Cela fait des années que la situation de l’entreprise s’est dégradée, à la fois à cause de la situation difficile du marché et d’une gestion hasardeuse", écrivent les syndicalistes dans un communiqué.

Quarante travailleurs sur les 51 que compte Proxymag devraient perdre leur emploi, les onze autres devraient être repris par le groupe IPM (La Libre, La DH), qui a racheté les éditions de L'Avenir.

"Nous avons demandé qu’une procédure claire soit mise en place pour informer les travailleurs concernés dans les plus brefs délais et exigé que la direction explore toutes les pistes possibles afin de préserver les 40 emplois restant. Des contacts sont en cours avec d’autres sociétés actives dans le secteur et des démarches semblables sont menées au sein des sociétés du groupe Nethys ((propriétaire de L'Avenir Advertising, NdlR)", indiquent les organisations syndicales.

"Le front commun syndical (Setca - CNE) n’acceptera pas que les travailleurs soient laissés sur le carreau. Il attend un geste fort des administrateurs de Nethys et Enodia. Nous espérons que le monde politique siégeant au sein de ces conseils d’administration aura un œil très attentif sur ce plan social. Il est hors de question de brader les travailleurs de LAA", concluent les syndicalistes.