L'assemblée générale des travailleurs a approuvé mercredi le plan social négocié entre la direction et les syndicats chez Ferrari SA, dont le siège social est situé aux Hauts-Sarts près de Liège, a-t-on appris jeudi La direction de cette entreprise aux activités multiples.

On parle ainsi de transport, travaux publics, récupération de métaux, fabrication métalliques) mais qui, à Liège, travaille principalement en sous-traitance pour la sidérurgie, avait annoncé en octobre le lancement d'une procédure Renault et le départ de 46 travailleurs (5 employés, 41 ouvriers) suite à la baisse drastique de son chiffre d'affaires consécutive à la mise sous cocon de la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise.

Après de difficiles négociations, qui avaient débouché sur plusieurs jours de grève en fin de semaine dernière, un accord a donc été trouvé: 13 travailleurs bénéficieront d'une prépension à 55 ans avec 70% de la rémunération nette annuelle ; 23 personnes seront licenciées avec une prime de 10.300 euros (en plus du préavis légal) et dix autres travailleurs seront reclassés ailleurs au sein de l'entreprise (à Charleroi et en France).