Pour Uday Senapati, directeur de la stratégie d'entreprise et des produits de Lotus, la collaboration peut aller au-delà, et concerner notamment la chaîne d'approvisionnement ou des infrastructures industrielles. Il se dit ouvert à d'autres accords de la sorte, qui lui semblent cruciaux pour survivre à la profonde crise sectorielle. Entretien.

Quels sont les objectifs de la coentreprise avec Alpine et où en êtes-vous?

Nous collaborons sur plusieurs aspects, le principal étant un châssis de voiture de sport tout électrique. Il sera mis au point par les ingénieurs de Lotus et donnera lieu pour nous à une ligne de voitures de sport. Nous espérons lancer ces nouvelles voitures de sport électriques au milieu de la décennie. Alpine développera ses propres voitures de sport avec nous, à partir du même châssis. (Alpine prévoit notamment une remplaçante de l'A110 avec la marque britannique, ndlr).

Ensuite, nous aurons une collaboration technique. Nous avons une formidable expertise en voitures de sport, eux dans les moteurs et notamment dans l'électrification des voitures de course.

La formule 1 est un autre domaine de collaboration que nous étudions mais pas le principal.

Où en est votre transition énergétique?

Nous allons devenir tout électrique, mais je ne peux pas dire à quel horizon. Nous lancerons encore cette année une voiture de sport à essence et elle sera commercialisée l'an prochain pour quelques années mais notre avenir sera tout électrique à partir de là.

Nous nous attaquons aussi à l'empreinte carbone de toutes nos activités et avons formé un partenariat avec Centrica (maison mère de British Gas) pour notre approvisionnement énergétique, pour s'assurer que notre empreinte carbone est nulle ou positive dans la décennie à venir. En 2028 l'entreprise aura 80 ans et nous voulons d'ici là (atteindre cet objectif).

Le lancement de l'Evija (premier modèle tout électrique de la marque de luxe, qui prévoit d'en produire 130 pour un prix de base de 2 millions de livres l'unité, ndlr) a rencontré des difficultés, notamment pour tester la voiture au vu des restrictions de déplacement actuelles. La voiture doit être testée à travers le monde. Nous aurons des nouvelles à donner d'ici quelques semaines, elle entrera en production et sera commercialisée cette année.

Comment Lotus espère-t-il émerger de la profonde crise sectorielle. Comment s'est passée la transition du Brexit ?

Nous avons de très solides actionnaires particulièrement (notre maison mère, le chinois) Geely qui a beaucoup investi dans le développement de nouveaux produits. D'autant que le marché chinois se porte bien, Geely va extrêmement bien.

Si on veut affronter une crise seul, on va vers des difficultés, alors les partenariats sont essentiels. Lotus a un historique de tels partenariats et nous sommes ouverts à l'idée d'en former de nouveaux.

Au niveau sectoriel, 2021 sera très difficile et nous devons travailler ensemble pour relever ces défis.

Mais nous sommes bien positionnés. Nos résultats 2020 le montreront, nous avons enregistré une croissance de 4,4% de nos ventes pendant l'année la plus difficile de l'histoire récente. Je ne peux pas dire toutefois que 2021 sera bien meilleure que 2020, cette année sera une année de transition, nous lancerons de nouveaux véhicules, mais nous aurons une bonne année.

Nous n'avons pas perçu d'effet massif du Brexit. Nous nous étions bien préparés, nous avions assez de stocks de matériel et là aussi le partenariat avec Renault, qui dispose d'une vaste chaîne d'approvisionnement, va nous aider. Nous aurons aussi accès à leur réseau industriel si besoin mais nous produisons pour l'instant toutes nos voitures au Royaume-Uni.