Certains détails non réglés de l'accord de reprise conclu la semaine dernière seront abordés au cours des prochaines semaines, a-t-il encore précisé.

Selon Klaus Franz, président du Conseil d'entreprise d'Opel, un emploi sur cinq est menacé au sein d'Opel. Le constructeur automobile emploie plus de 50.000 personnes en Europe.

Des mesures lourdes semblent surtout nécessaires sur les sites d'Anvers, de Luton et de Bochum. Le Conseil d'entreprise veut en tout cas éviter les fermetures et les licenciements secs.