Il s'agit d'une initiative du collectif Steun aan de Boerenstrijd (RéSAP, Réseau de Soutien à l'Agriculture Paysanne) et du comité de quartier La Nature sans Friture dans le cadre de la journée internationale de lutte des paysans. L'objectif des deux mouvements est de s'opposer au projet de méga-usine de Clarebout Potatoes dans la zone industrielle de Frameries. Les habitants de Frameries et le mouvement des agriculteurs planteront des pommes de terre et placeront des banderoles sur le site de l'entreprise pour faire valoir leur point de vue. Par ailleurs, à partir du 12 avril, les ministres Borsus, Tellier, Di Rupo et Clarinval seront interpellés en ligne afin de faire campagne pour "l'arrêt du projet et demander un soutien politique structurel à l'agriculture familiale et aux agriculteurs".

Les riverains se mobilisent contre la méga-usine Clarebout Potatoes depuis janvier 2019. "Le secteur est responsable de 10 % des accidents du travail dans l'industrie alimentaire", cite Florence Defourny de La Nature sans Friture. "Elle pollue énormément et détruit l'agriculture. C'est une machine à malbouffe. Dans Frameries, nous défendons un modèle plus respectueux. Nous nous battons pour protéger l'environnement, la sécurité, la santé et la qualité de vie de chaque citoyen."

Le collectif RéSAP ajoute que l'usine Clarebout de Frameries est un symbole des abus de l'industrie belge de transformation de la pomme de terre. Selon le réseau, la production a été multipliée par dix en trente ans pour approvisionner les supermarchés et les fast-foods. "Ce modèle s'accompagne d'une forte pression sur les terres agricoles, qui sont désormais réservées à l'exportation plutôt qu'à l'agriculture de subsistance", a déclaré le RéSAP, qui rappelle enfin que le secteur de la pomme de terre est le plus gros utilisateur de pesticides en Belgique.