Les taux des obligations espagnoles, italiennes, portugaises et irlandaises se sont repliés mercredi, dans un marché moins inquiet des dettes souveraines et misant sur des annonces de la Banque centrale européenne (BCE) lors de sa réunion jeudi. Les taux portugais à 10 ans reculaient à 6,403% contre 6,954% la veille au soir, et ceux de l’Irlande à 8,654% contre 9,350%. Dans une moindre mesure, les taux italiens se repliaient à 4,503% contre 4,659% la veille, séance où leur écart avec le Bund allemand a atteint un niveau record. Les rendements espagnols à 10 ans reculaient eux à 5,254% contre 5,500% la veille au soir. Ils avaient également vu mardi leur écart avec l’Allemagne se creuser à un niveau historique. Les titres de dettes de ces quatre Etats, très malmenés sur les marchés depuis le début de la semaine, et l’annonce du plan d’aide à l’Irlande qui a réveillé les craintes de contagion, ont connu une séance de répit. Ce mouvement de détente est lié à des rachats de dette souveraine qu’aurait fait la BCE très récemment et qui concerneraient le Portugal, a indiqué Vincent Chaigneau, chef de la recherche obligataire chez Société Générale CIB. Un article du "Financial Times" a également réconforté les investisseurs, en affirmant que la Banque centrale pourrait intervenir pour stopper la contagion et augmenter son programme d’achat de titres de dette. Depuis mai dernier, la BCE a racheté 67 milliards d’euros de dette souveraine, un montant important mais minime face aux rachats auxquels procèdent la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque d’Angleterre (BoE). La Banque centrale européenne se réunit ce jeudi. (Reuters)