Souvent annoncée, toujours différée, la recomposition du transport aérien américain semble désormais bien engagée, avec le mariage, donné comme imminent, entre Delta Air Lines et Northwest Airlines, doublé de rumeurs de discussions entre Continental et United Airlines.

Le projet de rapprochement entre Delta et Northwest est entré dans sa phase finale, selon la presse. Un accord, qui donnerait naissance à la première compagnie aérienne du pays, pourrait être dévoilé la semaine prochaine. Depuis novembre, Delta est au coeur des spéculations, les analystes jugeant qu'une association avec Northwest Airlines ou United Airlines ferait sens. Le mois dernier, le PDG de Delta, Richard Anderson, a été autorisé par son conseil d'administration à négocier avec ces deux concurrentes. Northwest aurait donc eu les faveurs de Delta, sachant que ce projet a davantage de chances d'être accepté par les autorités de la concurrence, Northwest n'étant que la 5e compagnie américaine en terme de passagers transportés alors que United est la 2e, et Delta la 3e.

Un autre mariage serait à l'étude, selon le "Wall Street Journal", entre la 4e compagnie du pays, Continental Airlines, et United. Le syndicat des pilotes ALPA aurait récemment envoyé à la direction les garanties qu'il veut voir figurer dans les négociations, indique la presse spécialisée. L'idée n'est pas nouvelle : fin 2006, des discussions entre ces deux compagnies avaient déjà été engagées, sans succès. A la même époque, un autre projet était lui aussi resté sans suite : le rachat de Delta par US Airways. Mais aujourd'hui, "la consolidation frappe à la porte", jugent les analystes de Bear Stearns, citant la conjonction de plusieurs éléments décisifs. "La direction, les syndicats, mais aussi des membres du Congrès et du département des Transports semblent ouverts à des fusions-acquisitions."

Consolidation acceptable

Le thème de la consolidation dans ce secteur est régulièrement à l'ordre du jour, et il ressurgit à un moment où tous les transporteurs américains qui s'étaient placés sous le régime des faillites en sont sortis. Les compagnies américaines, précipitées dans la crise par les attentats du 11 septembre 2001, se sont restructurées mais restent fragiles. Depuis des années, le marché américain se caractérise par une concurrence élevée entre des compagnies régionales à bas prix comme JetBlue, Southwest Airlines, AirTran, et six transporteurs historiques, au réseau international : American Airlines, United, Delta, Continental, Northwest et US Airways. Les défaillances en série dans un marché mature et en surcapacité, combinées à la flambée des prix du pétrole et donc du carburant, ont rendu plus acceptable l'idée d'une consolidation.

La dernière fusion remonte à 2005, avec la sortie de faillite de US Airways via son rachat par la "low cost" America West. (AFP)