Selon le quotidien Libération, la banque franco-belge a versé 8 millions d'euros de primes en 2008 au "top management" de Dexia Crédit Local, la filiale française. "Aucun membre d'aucun comité exécutif ou de direction du groupe, comme de ses principales filiales, n'a eu de rémunération variable au titre de 2008", soit plus de 50 personnes, a assuré M. Mariani, précisant que ces informations avaient été rendues publiques le 30 janvier.

"Aucun groupe financier n'a demandé à ses dirigeants un tel effort", a souligné cet ancien responsable de BNP Paribas qui a pris les rênes de la banque après son sauvetage en octobre. Pour les cadres intermédiaires, la baisse des rémunérations variables a été comprise entre 20 et 60%. Pour les traders, la diminution a atteint 80%.

Au total, "les rémunérations variables chez Dexia, qui représentaient 16% de la masse salariale, soit deux mois de salaire, ont été réduites de moitié", a indiqué M. Mariani. S'agissant de Dexia Crédit Local, 765 salariés, sur un total de 1.600, se sont partagés une enveloppe globale de 6,1 millions d'euros (8 millions d'euros avec les charges sociales), soit 8.000 euros en moyenne.

Par ailleurs, Pierre Mariani a affirmé que sa rémunération fixe (cotisations retraite versées par l'entreprise comprises) s'élevait à 1,130 million d'euros, contre 1,042 million pour son prédécesseur Axel Miller, soit une hausse de 8,45%. Libération indiquait que M. Mariani s'était "octroyé un salaire fixe en hausse de 30%" par rapport à M. Miller, qui a démissionné fin septembre.