"Nous apportons des centres de données en Grèce. Nous allons créer une nouvelle région, qui inclura la Grèce" ainsi que des pays voisins, a annoncé lundi à Athènes le président de Microsoft Brad Smith, au côté du Premier ministre grec, lors de déclarations à la presse.

L'annonce intervient alors que le gouvernement conservateur grec entreprend de progressivement simplifier les sites internet de services publics du pays.

"C'est une nouvelle opportunité pour chaque petite entreprise en Grèce", a ajouté M. Smith. "Avec les services du cloud, vous ne payez que ce que vous utilisez et vous ne payez que lorsque vous l'utilisez", a-t-il insisté, soulignant que les entreprises n'auraient désormais plus besoin d'investir dans l'achat et la maintenance de serveurs.

L'accord prévoit la construction de trois centres de données dans l'agglomération d'Athènes. Aucune date n'a été précisée lundi.

Microsoft dispose actuellement de centres de données en Allemagne, France, Pays-Bas et Irlande, tandis qu'il en construit en Pologne, Italie et Espagne.

L'accord avec Microsoft prévoit également des programmes de formation pour 100.000 Grecs, a-t-on appris auprès de responsables grecs.

Microsoft conçoit par ailleurs un site de réalité virtuelle, prévu pour 2021, pour promouvoir le site antique d'Olympie, berceau des jeux olympiques modernes, dont les ruines se dressent dans le Péloponnèse, à l'ouest du pays.

Grâce à une application sur leur téléphone portable, les visiteurs pourront "voir en 3D les monuments et la vie de l'antique Olympie exactement comme elle était il y a 2,5 millénaires", s'est félicité le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, lors du même point presse.