Le groupe américain Microsoft a présenté vendredi une offre non sollicitée de 44,6 milliards de dollars (30 milliards d'euros) pour racheter le spécialiste de l'Internet Yahoo !, ce qui leur permettrait de mieux concurrencer Google. Un tel rapprochement constituerait la plus grosse opération dans le secteur depuis la fusion Time Warner-AOL en 2001, qui a depuis été un échec industriel, notamment pour des raisons de différences de cultures d'entreprises.

Une prime de 62 pc

Microsoft, le numéro un mondial des logiciels, propose 31 dollars par action Yahoo !, un prix payable en numéraire ou en titres qui représente une prime de près de 62 pc sur le cours de clôture de l'action Yahoo ! jeudi (19,18 dollars). L'action Yahoo ! a donc bondi de plus de 56 pc dans les échanges électroniques avant l'ouverture de New York. Le titre Microsoft, dont la capitalisation boursière avoisine les 300 milliards de dollars, perdait lui 6 pc au même moment à 30,78 dollars.

Yahoo ! a déclaré que son conseil d'administration allait étudier rapidement cette offre et agir au mieux pour ses actionnaires. Et il y a sans doute intérêt à agir de la sorte. Microsoft qui a proposé une rencontre "dès que possible", menace d'en appeler aux actionnaires de Yahoo ! en cas de refus. Le ton est agressif : "selon votre réponse, Microsoft se réserve le droit de prendre toutes les mesures pour que les actionnaires de Yahoo ! aient l'opportunité de réaliser la valeur de notre proposition".

Les spéculations allaient bon train depuis au moins un an sur un tel projet de rapprochement, nombre d'investisseurs jugeant logique une alliance Microsoft-Yahoo ! face à la montée en puissance ininterrompue de Google. Microsoft a confirmé à l'occasion de cette annonce avoir déjà essayé en vain de racheter le groupe fin 2006-début 2007.

Le juteux marché de la pub

Le cabinet spécialisé Comscore estime que Google détient 77 pc du marché des moteurs de recherche sur Internet, contre 16 pc pour Yahoo ! et 3,7 pc pour Microsoft. Mais au-delà des moteurs de recherche, c'est évidemment le marché de la pub qui motive les grandes manoeuvres stratégiques dans le secteur. Microsoft estime lui-même que le chiffre d'affaires de la publicité en ligne devrait atteindre près de 80 milliards de dollars d'ici 2010, contre plus de 40 milliards en 2007. Mais le groupe souligne aussi que ce marché est "de plus en plus dominé par un seul acteur", une référence transparente à Google. Récemment, lors d'un déplacement en Europe, Steve Ballmer, le patron de Microsoft, avait surpris en affirmant que dans les prochaines années, Microsoft voulait réaliser 25 pc de son chiffre d'affaires dans la publicité en ligne.

Yahoo ! regroupe plus de 500 millions de visites par mois, avec notamment Yahoo ! Mail, premier service de courrier électronique grand public mondial. Mais le groupe perd des parts de marché face à Google. Et lors de la présentation de ses derniers résultats financiers mardi, il a averti qu'il serait confronté à des "vents contraires" en 2008, tablant sur un chiffre d'affaires inférieur aux attentes de Wall Street, ce qui a fait fortement baisser son cours de Bourse le lendemain. Yahoo ! s'est notamment laissé distancer ces derniers temps dans la publicité par Google et par l'émergence de sites communautaires comme Facebook et MySpace.

Economies et potentiel

Microsoft précise avoir identifié quatre domaines susceptibles de générer des synergies qu'il estime à un milliard de dollars au moins par an pour le nouvel ensemble. Mais, pour le géant du logiciel, cette alliance pourrait avoir encore d'autres buts actuellement moins faciles à cerner financièrement. "A long terme, des logiciels de Microsoft en ligne financés par la publicité et s'appuyant sur un portail Internet auraient du sens. Mais ce type de coopération pourrait coûter très cher et prendre énormément de temps", a commenté Emily Riley, spécialiste de la publicité en ligne pour le cabinet Jupiter Research.