© BELGA

Entreprises & Start-up

Microsoft suit Google dans le Hainaut

Mathieu Van Overstraeten

Publié le - Mis à jour le

Après Google il y a quelques mois, c'est Microsoft qui vient s'établir dans le Hainaut. Cela prouve que la Région wallonne peut s'enorgueillir de son attractivité et qu'elle s'inscrit pleinement dans les nouvelles technologies. C'est une nouvelle étape très importante pour le plan Marshall." Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon de l'Economie, était visiblement ravi de pouvoir annoncer, ce jeudi, que le géant américain des logiciels a choisi le parc technologique Initialis de Mons pour établir un nouveau "Microsoft Innovation Center", comme on le pressentait depuis quelques semaines.

Ce centre de 550 m2, dans lequel la Région va investir 2 millions d'euros sur 3 ans, sera inauguré en janvier 2009 et doit mener dans les trois prochaines années à la création de 5 à 10 nouvelles entreprises par an, ainsi qu'à un total de 200 à 250 nouveaux emplois indirects. "Un centre similaire installé en France contribue à la création de 25 nouvelles sociétés de logiciels par an depuis 2005", précise le communiqué de Microsoft.

On parle ici d'emplois indirects, car l'objectif de Microsoft n'est pas de créer lui-même ces emplois, mais d'offrir un soutien opérationnel, financier et technologique aux "start-up", principalement dans le domaine du "e-health", c'est-à-dire le secteur en plein boom des applications informatiques liées aux soins de santé. "Tout ce qui rend la vie plus facile pour les start-up est une bonne chose", affirme Steve Ballmer, le patron de la société Microsoft, qui a profité de sa présence, jeudi à Louvain-la-Neuve, pour rencontrer aussi des clients et des étudiants, ainsi que des entrepreneurs locaux. "Pour nous, il s'agit d'un investissement significatif et à long terme."

Un test avec la SNCB

Microsoft a-t-il été influencé par l'arrivée de son grand concurrent Google dans le Hainaut ? "Non, nos discussions avec la Région wallonne durent depuis plus longtemps que ça, répond Steve Ballmer. Mais le ministre Marcourt m'a déjà bien fait comprendre que si nous voulons nous aussi installer un datacenter en Wallonie, c'est possible !"

Elio Di Rupo, le bourgmestre de Mons, est bien sûr ravi du partenariat public-privé établi avec Microsoft, et parle d'"une relation win-win" pour les deux parties. "Depuis quelques années, nous faisons face au challenge de devoir réussir la transition de l'industrie lourde vers une économie basée sur les nouvelles technologies. Ce nouveau centre à Mons est un outil parfait pour relever ce défi", affirme-t-il. Pour Jean-Claude Marcourt, l'objectif du nouveau centre est même de "faire émerger la culture de l'ICT dans toute la Wallonie".

Jeudi, Steve Ballmer a profité de sa présence en Belgique pour annoncer également un partenariat avec la SNCB. D'ici la fin de cette année, un test basé sur la plate-forme technologique "Windows Live" sera lancé auprès de plusieurs milliers de navetteurs afin de leur offrir des informations ciblées et en temps réel sur leurs voyages en train, l'objectif étant bien sûr de les tenir au courant des éventuelles perturbations ou modifications. "C'est la première fois que nous menons une expérience de ce type avec une société de chemins de fer, dit Steve Ballmer. Mais je suis sûr que c'est un service qui va intéresser beaucoup d'autres sociétés".

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous