Le géant américain des logiciels Microsoft a annoncé jeudi qu'il allait supprimer jusqu'à 5.000 postes en 18 mois, dont 1.400 immédiatement, à l'occasion de la publication de bénéfices trimestriels en baisse et inférieurs aux attentes des analystes. "Nous ne sommes pas immunisés contre les effets de (la dégradation de) l'économie", a reconnu le PDG Steve Ballmer, cité dans un communiqué.

Les licenciements, qui concerneront la plupart des services (recherche et développement, marketing, ventes, finances, service juridique, ressources humaines et informatique), devraient permettre des économies annuelles d'environ 1,5 milliard de dollars, a précisé le groupe.

Microsoft a annoncé dans le même temps que son bénéfice net pour les trois mois achevés au 31 décembre avait décliné de 11%, à 4,17 milliards de dollars. Rapporté au nombre d'actions, il s'élève à 47 cents, inférieur aux 49 cents attendus par les analystes.

Les rumeurs sur des réductions d'effectifs chez Microsoft, qui compte quelque 91.000 employés, couraient depuis plusieurs semaines, certains sites d'information spécialisés ayant spéculé qu'elles pourraient toucher jusqu'à 15.000 personnes.

Il y a trois mois déjà, le groupe fondé par Bill Gates avait indiqué qu'il ne tiendrait pas son rythme habituel de 15% de croissance annuelle des effectifs, et qu'il allait tenter de réduire les coûts de fonctionnement.

Microsoft est confronté au ralentissement des ventes d'ordinateurs. Selon le cabinet de marketing Gartner, elles n'ont crû que de 1,1% dans le monde au dernier trimestre de 2008 (en glissement annuel), ce qui marque la plus faible progression depuis 2002. "L'activité économique et les dépenses d'informatique ont ralenti au delà de nos attentes durant le trimestre", a souligné le directeur financier de Microsoft, Chris Liddell.

Le chiffre d'affaires de la fin 2008 a atteint 16,63 milliards de dollars, en hausse modeste par rapport au dernier trimestre 2007 (16,37 milliard), alors que les analystes attendaient 17,08 milliards de dollars.

Après avoir revu à la baisse ses prévisions annuelles en octobre, Microsoft a annoncé jeudi qu'il renonçait désormais à avancer des prévisions, "en raison de la volatilité des conditions du marché".

L'action Microsoft a ouvert en chute de 7,26%, à 18 dollars à la Bourse de New York.