Mithra, la biotech liégeoise spécialisée dans la contraception féminine, a annoncé jeudi le lancement d'une offre d'obligations convertibles arrivant à échéance en 2025 pour un montant total maximum de 125 millions d'euros, mais avec une option d'augmentation allant jusqu'à 25 millions d'euros. En clair, l’entreprise souhaite lever jusqu’à 150 millions d’euros.

La biotech annonce avoir l'intention d'utiliser cet argent frais pour investir dans le développement de Donesta, son traitement contre les effets de la ménopause, financer ses besoins de fonds pour la production de l'anneau contraceptif Myring ainsi que la pilule Estelle et poursuivre ses investissements en recherche et développement.

"Les obligations seront émises à 100% de leur montant principal et devraient porter un coupon compris entre 3,50% et 4,25% par an, payable semestriellement à terme échu en versements égaux. Les obligations seront émises sous forme dématérialisée avec une valeur nominale de 100 000 euros chacune. Sauf conversion, remboursement ou achat et annulation préalables, les obligations seront remboursées au pair à la date d'échéance finale indiquée, qui devrait être le 17 décembre 2025", précise encore l'entreprise.

Chute de l'action

"La clôture et la liquidation de l'offre devraient avoir lieu aux alentours du 17 décembre 2020", ajoute le communiqué publié jeudi matin. Une assemblée générale des actionnaires se tiendra au plus tard le 17 juin 2021 afin de demander l'approbation de ceux-ci pour "autoriser certaines dispositions incluses dans les termes et conditions des obligations qui sont déclenchées lors d'un changement de contrôle". Si les actionnaires désapprouvent, Mithra annonce donc rembourser la totalité des obligations.

L'annonce a cependant été plutôt mal perçue par les investisseurs puisque l'action chutait de près de 10% à l'ouverture de la Bourse de Bruxelles ce matin, après la publication du communiqué.


-> Relire notre interview du CEO de Mithra François Fornieri : "Je ne suis pas contre la contraception masculine mais il n’y a pas de marché"