Moins de paiements par carte en 2008 ?
© Johanna de Tessières

Entreprises & Start-up

Moins de paiements par carte en 2008 ?

P.Lo

Publié le - Mis à jour le

Le 1er janvier 2008, le système Bancontact/Mister Cash sera remplacé, dans un premier temps tout au moins, par Maestro, produit-phare du réseau international Mastercard, dans le cadre de l'instauration d'un "espace unique de paiements en euro" (Sepa). Ainsi en ont décidé les banquiers belges, au grand dam des classes moyennes, de la distribution et des milieux de consommateurs, selon lesquels les opérations électroniques coûteront " beaucoup plus cher". Il y a lieu de prévoir un coût supplémentaire de 5 cents par opération en sus de 0,20 pc de la valeur de l'achat, disent-ils. Frais qui s'ajouteront à ceux du trafic bancaire électronique. Nous avons fait largement écho à cette polémique, le secteur financier rétorquant que les estimations en question sont " largement prématurées et feront l'objet d'une négociation en temps opportun".

En ce mois de décembre, le syndicat neutre pour indépendants (SNI) a mené une enquête auprès de 744 affiliés. Premier enseignement : 85 pc des indépendants interrogés offrent à leur clientèle la possibilité de payer leurs achats de façon électronique, pour des raisons de sécurité essentiellement. C'est "indispensable" pour leur entreprise, jugent-ils.

Ni réduction ni avantage

Quelle préférence les commerçants affichent-ils par rapport aux modes de paiement ? Selon l'enquête, 58 pc apprécient plus le paiement en liquide et 42 pc celui par carte. Quelles seraient les conséquences éventuelles d'une augmentation du coût du système de paiement électronique ? Soixante pc des commerçants affirment qu'ils continueraient à offrir le service mais 31 pc expriment un avis opposé. 9 pc sont sans opinion. Si les indépendants mettent leur menace à exécution, cela pourrait signifier une "diminution drastique" du nombre d'opérations électroniques et cela engendrerait de l'insécurité, relève le SNI. A noter que, parmi les indépendants qui continueraient à offrir le service, 55 pc estiment que le paiement électronique ne devrait être autorisé qu'à partir d'un certain montant afin de réduire les frais.

En cas de majoration des coûts, 54 pc des indépendants interrogés estiment qu'il faudra faire payer la note complémentaire par le consommateur. 32 pc sont d'un avis contraire et 14 pc ne se déclarent pas. 70 pc des sondés sont d'avis qu'aucun avantage ou réduction ne devrait être accordé aux clients qui paient en liquide, pour promouvoir éventuellement ce mode de paiement. 15 pc seulement sont intéressés par cette proposition.

Conclusion du syndicat : "Les indépendants ne veulent pas supporter les frais complémentaires du paiement par carte ni directement - ils entendent clairement faire payer le surcoût par les clients - ni indirectement, car la majorité n'est pas prête à tout pour pousser le paiement au comptant face à l'électronique".

"On pourrait croire que si le consommateur est amené à payer en liquide, il est plus conscient de ce qu'il dépense et qu'il va donc dépenser moins", souligne le SNI qui conclut : "Les indépendants n'en sont pas vraiment convaincus et les opinions sont partagées : 48 pc craignent que le consommateur dépense moins parce qu'il sera plus conscient de ce qu'il dépense. 47 pc par contre ne partagent pas cette opinion".

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous