Morgan Stanley a fait état mercredi de résultats en net repli pour le 2e trimestre. La banque d'affaires américaine a été plombée par son activité dans l'obligataire et la gestion d'actifs, mais a fait un peu mieux qu'attendu en terme de bénéfice par action. Le groupe new-yorkais a publié un bénéfice net de 1,026 milliard de dollars pour le trimestre clos fin mai, en recul de 60 pc sur un an. Le BPA revient à 95 cents, contre 92 cents envisagés par les analystes. Pourtant, à la mi-séance, le titre Morgan Stanley décrochait de 4,24 pc à 38,87 dollars, après avoir perdu jusqu'à 7,79 pc en début de journée. En fait, une étude pessimiste de Goldman Sachs sur les banques américaines pesait sur le secteur financier. De plus, le produit net bancaire de Morgan Stanley accuse un recul de 38 pc à 6,05 milliards de dollars. Le marché tablait sur 7,05 milliards. Au cours du trimestre, le rendement des capitaux propres est tombé à 12,3 pc, contre 29,4 pc un an plus tôt. "Au vu de l'environnement turbulent des marchés ce trimestre, nous avons navigué à vue et avons continué à renforcer le capital et les liquidités du groupe", a commenté le patron, John Mack. "Nous avons fini le trimestre avec 169 milliards de dollars de liquidités au total, a-t-il assuré. Les conditions de marché difficiles et le moindre niveau d'activité des clients ont affecté nos résultats." Les activités sur titres internationaux ont vu leurs revenus divisés par plus de deux d'une année sur l'autre, à 3,6 milliards de dollars, plombés notamment par une chute de 85 pc des revenus dans l'obligataire, à 414 millions de dollars. Le courtage a vu ses revenus reculer de 11 pc à 2,1 milliards. La gestion d'actifs accuse un recul de 68 pc des revenus à 488 millions. En revanche, la banque privée affiche un bond de 48 pc de ses revenus, à 2,4 milliards de dollars. (AFP)