Cette jeune plateforme digitale permet à des particuliers de participer indirectement au financement des prêts d’autres particuliers.

L’idée est née en observant comment, à l’étranger, on a recouru au "peer to peer" pour financer de gros achats en ligne. Les Etats-Unis ont ouvert la voie. En Belgique, Frédéric Dujeux et Xavier Laoureux ont co-fondé Mozzeno : "Nous voulons revenir à l’origine du système bancaire, lorsque l’argent disponible des uns servait à financer les projets des autres, sans transformation complexe et risquée", explique ce dernier. Une première dans le monde du crowdfunding en Belgique, car chez nous, un particulier n’est pas autorisé à faire un appel public à l’épargne . Et d’expliquer encore que pour les investisseurs, Mozzeno donne accès à une nouvelle classe d’actifs, les crédits à la consommation belges. "L’investisseur n’investit pas directement dans les prêts à la consommation. Mozzeno émet des instruments financiers similaires à des obligations, des ‘notes’. On investit donc indirectement dans les prêts en souscrivant ces ‘notes’ ", précise Mozzeno. Cela pose évidemment la question du risque. En tant que prêteur reconnu par la FSMA (le chien de garde des marchés), Mozzeno consulte la Centrale des Crédits aux Particuliers pour établir son propre rating. En outre, les prêts sont couverts via l’assureur crédit Atradius. L’autre protection c’est la diversification : pour 1 000 euros, on investit dans 40 prêts différents.

"Nous ne pouvons bien entendu pas parler d’investissement avec capital garanti mais nous avons tout fait pour que la formule réponde aux attentes en mitigeant les risques. C’est une alternative qui vient au bon moment, dans cet environnement de taux très bas qui perdure", précise Frédéric Dujeux. On envisage ici un rendement de l’ordre de 2,5 % net en moyenne pour des durées de 18 à 60 mois. Un marché secondaire est en préparation.

Le cuisiniste Eggo vient de s’inscrire comme "prêteur" avec l’objectif de recommander Mozzeno à ses clients pour financer l’achat de ses cuisines. "Nous sommes actuellement occupés par une levée de fonds (nous cherchons 1,5 million d’euros). Cette somme devrait nous permettre d’accélérer notre croissance et de commencer notre développement à l’étranger", précise Xavier Laoureux. Actuellement l’actionnariat de Mozzeno est composé, entre autres, du fonds Wing de la Région Wallonne et des deux fondateurs d’Ogone, Thierry Pierson et Harold Mechelynck (www.mozzeno.com).