Après le vote des créanciers de Neckermann intervenu lundi devant le tribunal de l'entreprise du Brabant wallon et au cours duquel 110 des 119 créanciers avaient voté en faveur du rééchelonnement de la dette du voyagiste, le tribunal a homologué le plan présenté. 

Le groupe, dont les agences belges restent fermées (seul le webshop reste accessible) pour l'instant, dit se réjouir de cette décision et de la confiance témoignée par le tribunal dans la poursuite de ses activités. Il annonce une augmentation de capital de 3,5 millions d'euros pour assurer l'avenir. "À l'issue de la procédure, Neckermann procédera à une augmentation de capital de 3,5 millions d'euros. L'actionnaire espagnol de Neckermann, Wamos Group, est prêt à apporter les fonds nécessaires au mois de janvier. Ce soutien financier supplémentaire permettra à Neckermann de maintenir l'emploi de ses plus de 150 collaborateurs", indique le voyagiste dans un communiqué.

Laurent Allardin, le CEO de Neckermann, précise également que la société est en discussion avec les différents gouvernements en Belgique en vue d'obtenir leur soutien financier, et il espère obtenir rapidement un signal clair de leur part pour soutenir le secteur belge du voyage, qui a été très touché par la crise du coronavirus.

Créé en 1979 et racheté fin 2019 par l'espagnol Wamos Group, Neckermann est l'un des plus grands voyagistes en Belgique. Ses agences belges restent fermées actuellement mais sa ligne Vacances et son webshop restent accessibles. L'entreprise prévoit qu'en 2021, beaucoup plus de voyages pourront être réservés.