Filiale d'Enodia, le groupe privé Nethys avait décidé de ne pas faire appel de la suspension de la vente de Voo, ordonnée le 29 juin dernier par le tribunal de l'entreprise de Liège après un recours de l'opérateur Orange qui se disait discriminé dans l'attribution du marché. Nethys avait toutefois annoncé son intention de remettre Voo en vente à la rentrée.

Or l'an dernier, la vente de Voo par Nethys au fonds américain Providence s'était faite en toute opacité, ce qui avait entraîné la démission du CA de l'époque, le limogeage de plusieurs membres du management et l'annulation par la Région des décisions de vente. Le dossier avait été repris par Enodia et le nouveau CA de Nethys, avant d'aboutir à la suspension du 29 juin dernier.

Ce mercredi, les administrateurs d'Enodia ont dit souhaiter profiter de l'assemblée générale de l'intercommunale, en septembre, pour informer ses actionnaires (la Province et les communes, mais aussi la Région wallonne et Brutélé, NDLR) et permettre un échange sur le mandat à donner à Nethys quant à l'avenir de la filiale Voo, selon un communiqué commun Enodia-Nethys.

Le futur plan stratégique de l'intercommunale fera l'objet d'une consultation. "Par souci de transparence et de respect des intérêts des actionnaires communaux et de la Province de Liège, le conseil d'administration d'Enodia a exprimé son intention de lancer un processus de consultation afin d'élaborer un plan stratégique veillant notamment à garantir les intérêts de chaque actionnaire et l'emploi", selon le communiqué.

"Ce processus de consultation sera mis en place selon des modalités à définir en fonction de l'évolution des mesures sanitaires imposées", ajoutent les deux organismes.

D'autre part, sans surprise, l'assemblée générale de Nethys a refusé ce mercredi d'octroyer la décharge aux administrateurs de Nethys en fonction avant le 11 octobre 2019 et par ailleurs membres du Comité de rémunération (dont l'ex-patron Stéphane Moreau et l'ex-président du conseil de rémunération François Fornieri), à qui elle pourra donc demander des comptes en justice. Les votes sur la décharge d'autres administrateurs et des commissaires aux comptes ont été ajournés. Quant aux nouveaux administrateurs en poste depuis le 11 octobre, ils ont pu bénéficier de la décharge.