Après concertation avec ses actionnaires, cette dernière a présenté un plan de relance car son ratio de solvabilité - qui indique le montant des capitaux propres dont elle dispose par rapport à ses engagements en cours - a chuté sous les 100%. Une recapitalisation est donc nécessaire. L'activité d'Integrale se concentre presque exclusivement sur les assurances-groupe et assurances-vie. Face à un rendement très faible, l'assureur est particulièrement vulnérable.

L'année 2019 s'est pourtant clôturée sur un résultat opérationnel positif de 43,5 millions d'euros avant provision, souligne jeudi l'entreprise. Celle-ci dispose en outre d'environ 500 millions d'euros de fonds propres sur quelque cinq milliards d'actifs, "une protection respectable pour assurer le paiement des pensions complémentaires et garantir l'épargne de ses affiliés", note-t-elle.

Cependant, alors que son ratio de solvabilité atteignait encore 113% en 2019, il est passé sous la barre des 100% en 2020. Integrale a dès lors présenté un plan de rétablissement à la Banque nationale, qui "comporte des actions managériales de réduction de risque et se fonde sur la constatation que son actionnaire principal (Nethys, NDLR) a entamé un processus de vente de sa participation dans Integrale qui conduira à un renforcement actionnarial". Aucune forme de plan social n'est au programme, rassure l'entreprise.

La société liégeoise attend dès lors qu'un candidat-actionnaire réinjecte des capitaux. "L'actionnaire principal attend de la banque d'affaires chargée de la vente qu'elle lui présente dans les prochains mois une ou plusieurs offres liantes incluant une recapitalisation à effectuer par les candidats cessionnaires permettant d'atteindre, avant la fin de l'année 2020, un ratio de solvabilité de 125%", conclut-elle.