Malgré la décision du gouvernement de casser la vente de Voo à la société américaine Providence, "des négociations avancées sont actuellement en cours entre la direction de Nethys et le fonds d'investissement pour aboutir à une vente", dénonce vendredi le chef de groupe du PTB au parlement wallon, Germain Mugemangango.

"C'est l'information qui nous a été donnée jeudi lors du conseil d'administration d'Enodia par Renaud Witmeur", l'interim manager de Nethys, assure M. Mugemangango. 

Or, pour le PTB, "il faudrait plutôt se retirer de ces discussions et se concentrer sur les changements à apporter pour que Voo devienne une véritable entreprise démocratique publique". 

Vendredi matin, la présidente d'Enodia, Julie Fernandez Fernandez a pour sa part affirmé, dans Matin Première sur la RTBF, qu'il n'y avait que des contacts entre Renaud Witmeur et les responsables de Providence. 

"Pour Win et Elicio, les renoncements sont signés. En ce qui concerne Voo, ce n'est pas parce que le gouvernement a annulé les ventes qu'il n'y a pas eu de contrat liant les parties. M. Witmeur est donc en train de prendre des contacts avec Providence pour évoquer ce deal", a-t-elle notamment déclaré. 

"Ce n'est pas la vérité. Elle sait très bien qu'il s'agit plutôt de tractations pour finaliser la vente de Voo à ce fonds d'investissement américain, connu pour racheter au rabais des entreprises publiques et en retirer le maximum de profit en foulant aux pieds les droits des intérêts des travailleurs et des usagers", poursuit le député d'extrême gauche selon qui le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), "doit faire le nécessaire pour que la décision de casser cette vente soit respectée".