Le groupe américain d’articles de sport Nike a inauguré hier, en grande(s) pompe(s), à Laakdal (province d’Anvers), un nouveau centre logistique intégré dans un plan de développement ambitieux en Europe. Le bâtiment ultramoderne, recouvert de jardins verticaux et de toits de verdure qui permettent de mieux l’isoler, a été pensé en fonction de son empreinte carbone. Il est donc totalement alimenté au départ de différentes sources d’énergie renouvelable, avec six puissantes éoliennes capables d’alimenter l’équivalent de 5 000 ménages. L’installation de panneaux photovoltaïques est impressionnante, qui couvre une surface égale à celle de trois terrains de football. Viennent s’y ajouter des unités de production locales géothermique, hydroélectrique et de biomasse.

Localisation idéale

En outre, le site est idéalement situé au cœur de la Campine, à côté du canal Albert qui relie Liège au port d’Anvers, et à un jet de javelot de l’autoroute parallèle au canal, l’E313, et du réseau de voies ferrées. La proximité de cette infrastructure connectée au reste du réseau de transport desservant le pays permet au centre logistique de Nike de faire transiter les containers qui l’approvisionnent sans passer par la route et d’économiser ainsi quelque 14 000 trajets de camions par an.

Se rapprocher des clients

Le principe d’une telle implantation est évidemment de rapprocher le centre logistique du cœur de l’Europe. Mais la volonté de construire "vert" répond aussi à une logique économique. A chaque étape, la logistique coûte de l’argent. Réduire l’empreinte carbone, c’est aussi, à terme, réduire la facture de l’acheminement des produits. "C’est clair que cela correspond à notre souhait de rationaliser la logistique tout en réduisant au maximum notre impact sur l’environnement , nous explique Bert Stevens, Vice President of Supply Chain Operations, Nike Europe. Ce centre logistique est le plus ‘vert’ de toutes les implantations Nike dans le monde, et c’est aussi le plus important pour la marque en Europe : on peut y stocker dix millions de produits." Ce "big boss" est au cœur de la réussite de Nike en Europe avec pour objectif de raccourcir autant que possible le temps entre la prise de commande et la livraison, que ce soit chez les détaillants ou chez les particuliers, comme ils le souhaitent désormais. "C’est notre objectif, étant donné que nous avons pour politique de livrer nous-mêmes les articles, sans passer par des tiers" , indique encore Bert Stevens. L’ennemi dans le secteur de la distribution, qui fixe des standards très élevés en la matière, c’est un autre géant américain, Amazon. Mais ce partenaire potentiel qui propose sa plateforme aux marques, apprécie surtout les belles marges…

3 000 employés

L’extension du site a permis l’engagement de 500 employés qui ont été formés spécialement pour l’utilisation de ce nouvel outil très performant. Le site compte donc désormais quelque 3 000 employés. Le prix de ce bijou ? Il sera tenu secret mais tient sans doute compte de quelques sérieuses aides locales. Et… il tourne, cet engin ? "On est en phase de lancement, mais la machine fonctionne, avant de commencer à accélérer" , conclut Bert Stevens.