Basé sur les réponses de 6800 consommateurs de 9 pays de l'Union européenne - dont la Belgique - à propos des dépenses à l'occasion de la Noël, le sondage 2005 du cabinet de conseil Deloitte, 7e du genre, indique que les intentions anticipées de dépenses pour les cadeaux de Noël ont baissé de 3pc par rapport aux chiffres 2004. De 9pc en Allemagne à 1pc seulement en Belgique. «Noël demeure important en Belgique avec un modèle de dépenses stable, même avec la perspective de la situation économique générale», constate Koen De Staercke, responsable du département «Consumer business industry» pour la Belgique.

De façon générale, si en 2003, les consommateurs prévoyaient, pour la première fois depuis 1998 (année du premier sondage), de dépenser moins qu'en 2002, Deloitte parlant de «Noël frileux» ; si en 2004, le cabinet pointait un «Noël futé» avec un consommateur qui s'organisait pour optimiser ses dépenses «en tirant parti de tous les nouveaux moyens qui s'offraient à lui» ; cette année, place au «Noël malin» avec des consommateurs futés de 2004 qui ont mûri: «Ils ont bâti un solide savoir-faire pour identifier les meilleures affaires et les meilleures approches permettant d'avoir plus pour moins d'argent», précise l'étude.

Le consommateur malin choisira le magasin qui déploiera les meilleurs arguments commerciaux dans un secteur «consommation» qui connaît un volume de ventes considérable en fin d'année. «Les acheteurs de dernière minute constitueront un marché capricieux mais considérable à capturer», ajoute Koen De Staercke. «Cette année encore, les initiatives marketing et promotionnelles des dernières semaines seront cruciales pour attirer dans les magasins une vaste majorité de consommateurs n'ayant pas encore pris leurs décisions d'achat». Et de pointer des «facteurs non prévisibles» - météo, grippe aviaire ou prix du pétrole - qui pourraient peser sur la perception du pouvoir d'achat des clients.

Concrètement, 95pc des Belges fêteront Noël. Ils décoreront leur maison (89pc), dépenseront pour leurs enfants, sans doute moins pour la nourriture et les cadeaux pour des adultes, et privilégieront le bon rapport qualité-prix. En tête de la liste de Noël, on retrouve CD, cassettes, DVD et vidéos (52pc), mais aussi produits cosmétiques, parfums, vêtements, livres et chèques-cadeaux. Au contraire des articles liés au voyage, haut placés sur les listes de souhaits... mais rarement offerts.

© La Libre Belgique 2005