Le groupe finlandais Nokia, numéro un mondial des téléphones portables, a annoncé mardi qu'il allait supprimer environ 600 emplois, dont près de 200 en Finlande même, essentiellement dans sa branche ventes et marketing à compter du 1er janvier.

"Dans le sillage d'une réorganisation de Nokia début 2008, Nokia envisage d'autres changements dans ses activités de ventes et marketing. (...) Nokia estime qu'environ 450 emplois, dont 100 au maximum en Finlande, seront affectés par ces changements", indique le groupe dans un communiqué.

Le groupe ajoute que 130 employés du centre de recherche de Nokia (NRC) seront également affectés par ces restructurations, dont 100 au maximum dans le pays nordique.

Il s'agit d'emplois à durée indéterminée, a précisé à l'AFP Arja Suominen, porte-parole du groupe, tout en soulignant que ce nombre était une estimation.

"Lorsqu'on commence des négociations avec les syndicats et les représentants des employés, on sait que le nombre final ne sera connu qu'après ce processus", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Notre volonté est de trouver des emplois à autant de personnes que possible", a-t-elle poursuivi. "C'est un nombre maximum. Cela dépend des négociations et de notre capacité à trouver des alternatives", a-t-elle encore dit. Dans le communiqué, Nokia précise que ces changements prendront effet le 1er janvier 2009.

Par ailleurs, le groupe a annoncé la fermeture de l'usine de Turku en Finlande, qui emploie 220 personnes. La fermeture sera finalisée d'ici la fin du mois de janvier 2009. La direction précise qu'elle va proposer aux employés de travailler sur le site de Salo (sud-ouest) ou près d'Helsinki. Mme Suominen a expliqué qu'il y avait bon espoir que les salariés acceptent la mutation dans la mesure où les villes de Turku et Salo ne sont distantes entre elles que d'une cinquantaine de kilomètres. Au total, Nokia emploie 60.000 personnes.

L'entreprise avait présenté mi-octobre des résultats en forte baisse pour le troisième trimestre sous l'effet d'un recul de ses ventes en Europe et en Amérique du Nord, d'un tassement de sa croissance dans les pays émergents ainsi que du repli continu du prix de vente de ses téléphones.

Pour la période juillet-septembre, le numéro un mondial des portables a dégagé un bénéfice net en baisse de 30%, à 1,087 milliard d'euros contre 1,563 milliard au troisième trimestre 2007, sur un chiffre d'affaires en recul de 5%, à 12,237 milliards d'euros contre 12,898 milliards.

A la Bourse d'Helsinki, à 10H36 GMT, le titre Nokia était en hausse de 2,62% à 12,91 euros dans un marché en hausse de 1,81%.