Entreprises & Start-up

Nyrstar a débuté jeudi le redémarrage d'un des hauts fourneaux de sa fonderie dans la ville australienne de Port Pirie, qui était à l'arrêt depuis plusieurs semaines, indique vendredi la société spécialisée dans le zinc. Elle espère que les deux outils seront opérationnels d'ici à la fin du mois.

Les activités à Port Pirie sont à l'arrêt depuis le 10 juin et devaient reprendre à la fin du mois dernier, avant que le redémarrage ne soit plusieurs fois reporté. En raison de cet arrêt imprévu de sa production, Nyrstar avait dû recourir à la force majeure pour certains de ses contrats. L'entreprise belge avait récemment indiqué que cette situation devait perdurer jusqu'à la dernière semaine de juillet.

La société, cotée en Bourse mais dont l'action est suspendue depuis le 25 juin, a toutefois annoncé vendredi que le redémarrage de l'un des deux hauts fourneaux avait débuté jeudi et que l'autre devrait suivre d'ici la fin du mois.

Lourd impact

Nyrstar a évalué l'impact de cette interruption de la production à entre 20 et 25 millions d'euros sur son résultat opérationnel brut (ebitda sous-jacent) durant la période juin-juillet. Elle estime la perte de production à 30 000 tonnes de plomb.

Elle a par ailleurs quantifié à 31 millions d'euros l'impact négatif des fluctuations des prix du zinc au premier semestre de 2019. Cela alors que l'entreprise est entièrement exposée aux fluctuations des prix des métaux depuis qu'elle a vendu sa couverture sur le prix du zinc en mars dernier afin de libérer des liquidités. Une opération qui lui avait rapporté 40 millions d'euros.

La société est en proie à d'importantes difficultés financières. Le négociant en matières premières Trafigura a toutefois élaboré un plan de restructuration en avril dernier. Cette entreprise néerlandaise a ainsi négocié un ré-échelonnement de la dette avec les banques, accordé un crédit-pont et créé une nouvelle société de droit britannique (NewCo), qu'elle contrôlera à 98%. En échange, elle contracte une dette de 2,32 milliards d'euros. Pour les petits actionnaires de Nyrstar, il ne restera que 2% des parts de la nouvelle structure.