Habituellement, Ikea Belgique est plutôt discret sur ses résultats. Sans doute l'ouverture, quasiment coup sur coup, de deux nouveaux points de vente - Anderlecht en mars et Arlon en août - l'ont-ils familiarisé avec la presse? A moins que la hausse de 15pc du chiffre d'affaires à 378,5 millions d'euros (1), l'augmentation de 17 pc du nombre de visiteurs à 7,7 millions et l'engagement de 800 nouveaux collaborateurs l'aient titillé?

Toujours est-il que Staffan Jeppsson, directeur général d'Ikea Belgique n'a pas caché grand-chose de l'exercice qui s'est achevé le 31 août. Notamment un point qui avait marqué les esprits lors de l'ouverture du magasin à Anderlecht: allait-il cannibaliser ceux de Zaventem et de Ternat? «Sur l'année complète, le chiffre d'affaires du premier a baissé de 11 pc, celui du second de 19pc, dit-il. Mais on s'attendait à une baisse de 23 à 25pc... Et rien ne dit qu'Anderlecht est seul en cause: en un an, les prix de vente ont baissé de 4pc, non sans influencer le chiffre d'affaires».

Ce qui est sûr, c'est que jusqu'à présent, Ternat - un «petit» format comme à Wilrijk - n'est pas mis sur la touche. «Ce n'est pas un petit magasin, défend encore Staffan Jeppsson. Ses ventes s'élèvent à 60 millions d'euros. Ce n'est donc pas le magasin de trop». S'il le devient, c'est qu'Ikea aura enfin trouvé un terrain d'atterrissage à Gand. «Et encore, ajoute Anne-Françoise d'Aoust, porte parole. L'objectif est qu'il y ait, pour tous, un Ikea dans un rayon de 45 minutes. Il en manque donc encore 3: à Gand, Anvers et dans le Hainaut».

Horaires

Parmi les autres «nouveautés» ayant influencé cet exercice 2005, il y a l'augmentation des plages horaires et, par conséquence, l'engagement de personnel supplémentaire (200). Avec six magasins, l'emploi Ikea dépasse aujourd'hui les 2330 personnes. Assurément, le service reste un must. Surtout s'il attire une nouvelle clientèle ou la garde plus longtemps en ses murs. Il y avait le restaurant et la garderie, par exemple, d'ici quelques mois, il y aura le service traiteur: tous les plats du restaurant pourront être achetés, sous vide, en portion individuelle.

Le concept, lui, ne change pas. Tout au plus évolue-t-il au gré des exigences des clients. «Partout dans le monde - 220 points de vente dans 33 pays - les priorités à long terme sont, ajoute la porte-parole, «vivre avec des enfants», «vivre dans de petits espaces», les solutions de rangement et les prix bas. A plus court terme, l'accent sera mis sur les cuisines».

De bonnes perspectives donc qui se traduiront par une augmentation du chiffre d'affaires en 2006 de 20 à 25pc.

(1) En ligne donc avec les résultats du groupe, en hausse de 16pc à 14,8 milliards d'euros.

© La Libre Belgique 2005