Sous l'effet des mesures de réduction des coûts, son bénéfice opérationnel s'est accru de 10,9% par rapport au troisième trimestre l'an passé, à 42 millions de francs suisses (39 millions d'euros), en dépit d'une baisse de 6,4% de son chiffre d'affaires, à 593 millions de francs, a indiqué le groupe qui faisait le point sur son activité sans publier ses résultats complets.

Son carnet de commandes a enregistré une baisse de 17,3% sur un an, à 518 millions de francs suisses, a-t-il ajouté, confronté au net repli de la demande dans sa division de revêtements de surface.

Dans cette division, son chiffre d'affaires a chuté de 24% par rapport au troisième trimestre l'an passé, plombé par le secteur de l'aviation ainsi que du pétrole et du gaz, a détaillé le groupe qui fabrique des revêtements contre l'usure et la corrosion notamment pour les moteurs d'avions et trains d'atterrissage.

Par rapport au deuxième trimestre 2020, ses ventes se sont toutefois redressées de 7% grâce au début de reprise dans l'automobile et à la demande de revêtement pour l'outillage industriel en Chine, en Inde et en Europe, a-t-il précisé.

Sa division spécialisée dans les machines textiles a par contre aidé à amortir le choc, affichant des ventes en hausse de 18,1% grâce à la demande d'équipements de filament en Chine mais aussi d'équipements de textiles non-tissés pour la production de masques.

"Dans la mesure où la reprise sur les marchés pour nos activités de revêtements de surface reste hautement incertaine", a reconnu Roland Fischer, son directeur général, l'accent a été mis sur les mesures de réduction des coûts et la préservation de la rentabilité. "Nous sommes en avance sur notre calendrier de mise en oeuvre de réduction structurelle des coûts", a-t-il mis en avant dans le communiqué.

Le groupe qui vise 70 millions de francs d'économies annuelles avait déjà supprimé fin septembre à 650 postes sur les 800 annoncés en mai.

A 9H28 GMT, l'action bondissait de 6,09% à 7,05 francs suisses alors que le SPI, l'indice élargi de la Bourse suisse, s'appréciait de 0,81%.

"La restructuration a eu de premiers résultats positifs pour les solutions de surface", a réagi Christian Obst, analyste chez Baader Helvea, dans un commentaire boursier, notant que le résultat d'exploitation était bien meilleur qu'attendu.