Réunie pour la première fois sur le continent africain, l'industrie mondiale de la presse peut avoir le sourire... Les 1 600 participants au soixantième congrès de l'Association mondiale des journaux (AMJ), qui s'est ouvert lundi au Cap (Afrique du Sud), ont découvert les dernières tendances d'un secteur que l'on condamne, depuis de nombreuses années, à un déclin fatal. "Loin d'être une industrie en déclin, a réfuté Timothy Balding, directeur général de l'AMJ, les journaux sont bien vivants et en bonne santé". Non seulement la presse mondiale continue à progresser (tant en termes de diffusion que de recettes publicitaires), a souligné M.Balding, mais elle exploite pleinement "toutes les nouvelles opportunités offertes par les canaux de distribution numériques pour renforcer son audience".

556 millions de journaux

Partiellement dévoilées le mois dernier (LLB, 9/5), les statistiques du secteur pour l'année 2006 ont été présentées en ouverture du congrès. Elles révèlent une croissance mondiale des ventes de journaux de 2,3 pc; ces ventes ont atteint l'année dernière un nouveau pic historique à plus de 515 millions d'exemplaires par jour. Si on y ajoute le phénomène des quotidiens gratuits, la diffusion s'élève à 556 millions d'exemplaires (+4,6 pc par rapport à 2005). En fait, le continent nord-américain est le seul à avoir connu une baisse de la diffusion (-1,97 pc).

Cette croissance (quasi) généralisée de la diffusion s'est accompagnée, en 2006, de gains substantiels sur le terrain des recettes publicitaires (+3,77 pc). Avec une part de marché mondiale de 29,6 pc, la presse quotidienne payante reste le second support publicitaire après la télévision.

L'assiduité des Belges

Comment, dans ce contexte mondial, se comporte la Belgique ? Sur le terrain de la diffusion, notre pays est à la traîne (-2,86 pc).

Deux autres indicateurs démontrent toutefois que la presse belge conserve un rang appréciable dans le giron des médias. Un : les Belges sont ceux qui consacrent le plus de temps à lire leur journal, avec 54 minutes par jour, suivis des Chinois, des Finlandais et des Brésiliens (avec 48 minutes chacun en moyenne). Deux : les investissements publicitaires dans la presse belge ont augmenté de 19 pc en 2006. Il s'agit toutefois de données brutes qui ne prennent pas en compte les importantes ristournes commerciales faites aux annonceurs...