60 minutes pour convaincre.

Chaque semaine, nous présentons deux start-up belges ayant pris part à une session de “One Hour Challenge” organisée à la rédaction de “La Libre”. Avec, à chaque fois, leur portrait et les avis de Ben Piquard, directeur et coach chez LeanSquare, et d’experts de BNP Paribas Fortis, Laurent Praet, directeur Banque des Entrepreneurs, et Marie-Cécile Van Ecke, directrice générale Retail & Private Banking à Bruxelles.


Présentation de cette start-up ayant participé à l'opération 'One Hour Challenge".


Cliquez ici pour tout savoir sur "One Hour Challenge".

Envie de vous inscrire?

Cliquez ici!


PORTRAIT de Advelox

Confronté à un souci de santé, vous aurez, selon les cas, le réflexe de vous rendre soit chez votre médecin traitant, soit aux urgences les plus proches. Fort bien. Sauf que, dans les deux cas de figure, on constate souvent qu’un simple coup de fil suffirait à rassurer le patient et… à désengorger les salles d’attente. C’est sur la base de ce constat que le docteur Paul Wulleman (spécialiste des troubles du sommeil et adepte de la télémédecine) et Jean-Sébastien Struyf (actif dans le secteur pharmaceutique) ont décidé, en février dernier, de concevoir une solution – composée d’un site web et d’une application mobile – permettant à tout patient de recevoir un avis médical à distance. “Avoir son médecin en poche, n’importe où et à tout moment !”, résume le Dr Wulleman, convaincu que la solution, en cours de développement, permettrait de capter environ 10 % des 35 millions des visites annuelles enregistrées, en Belgique, chez un généraliste et aux urgences. Le projet Advelox prévoit de constituer une communauté de médecins (dont des jeunes, plus ouverts aux technologies numériques, et des médecins retraités) pour délivrer des avis médicaux en temps réel, 24 heures sur 24, à des patients souffrant principalement de pathologies chroniques. “Pour ces personnes, la priorité numéro 1 est de les rassurer et de diminuer leur anxiété”. Le duo, entouré d’un CTO et d’un avocat, prévoit de créer Advelox et d’opérer une première levée de fonds de 250 000 euros en février 2017.

AVIS DU COACH

  • En général:

Advelox est un projet, parmi d’autres, qui veut “disrupter” la médecine, en tout cas changer les flux de relations entre patients et médecins. Mais alors que d’autres veulent “ubériser” le secteur, en transformant les médecins en ressources disponibles à la demande, Advelox joue la carte du renforcement de la relation entre un patient et son médecin généraliste. Le projet se penche sur une pratique très courante dans le métier : “l’avis”, dont l’exemple typique est le coup de fil que l’on donne à son médecin pour une opinion rapide. Cela a indéniablement une valeur pour le patient, ainsi que pour le médecin, si on peut rendre l’avis payant. Ceci dit, il est difficile d’évaluer l’attrait de quelque chose qui n’est pas une véritable consultation,…et dont le statut par rapport à l’Inami n’est pas univoque.

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺

Business modèle :☺☺

Traction client :☺☺

Finançable :☺☺☺

  • Feedback:

L’équipe est compétente, l’idée est séduisante, beaucoup d’ingrédients sont là. Reste à “faire prendre la sauce”, ce qui demandera encore pas mal d’avancées : techniques, pour achever la plateforme; de validation et d’adoption par le marché (toutes les bonnes idées ne deviennent pas nécessairement des “cartons” dans la réalité). Mais la médecine de demain aura nécessairement recours à des outils de ce type.


AVIS DE L'EXPERT

  • En général:

L’ idée présentée se résume à avoir son médecin en poche, via smartphone, pour solliciter un avis médical rémunéré. L’idée est séduisante par le gain de temps qu’elle propose aux patients et, surtout, l’apaisement si le problème apparu ne s’avère pas urgent. La traction client est élevée. Une courte vidéo a permis de vite comprendre les avantages que ce système pourrait mettre en avant : rapidité, partage de photos ou vidéos avec le médecin, message vocal, etc.

Le business model doit être mieux défini et présente quelques risques, comme l’approbation de l’Ordre des médecins, la solution IT qui sera proposée, le consentement de la profession et l’adhésion des médecins à une nouvelle façon de travailler (tout en maintenant l’ancienne en ce qui concerne les médecins généralistes). Le prix doit aussi être défini, tant pour le patient final que pour le praticien. Un autre risque, de nature juridique, est lié au contrôle des informations échangées.

A ce stade, le projet ne peut pas être financé en institution bancaire, mais peut clairement l’être en crowdfunding pour développer trois grands axes : l’informatique, le marketing et la communication autour de cette idée novatrice !

  • Evaluation:

Idée :☺☺☺☺

Business modèle : ☺☺☺

Traction client :☺☺☺☺

Finançable :☺☺