La bicyclette, chantée par Montand, revient en force. Avec la trottinette, comme le montre notre rendez-vous One Hour Challenge.

Quand on partait de bon matin/Quand on partait sur les chemins/A bicyclette." On est en 1968 et Yves Montand nous parle de garçons qui partent en balade à vélo sur les petits chemins, avec Paulette, dont ils sont tous amoureux.

Et si, au-delà de l’hommage à Francis Lai (compositeur de "La bicyclette" qui s’est éteint cette semaine), c’était ça la véritable smart mobility ? Alors que nous bouclons ce samedi la présentation de quatre start-up belges qui proposent des solutions de mobilité intelligente (Nextmoov, Covevent, Communithings et Commuty), où les moyens de locomotion traditionnels continuent à jouer un rôle moteur (voiture et transports publics), on assiste actuellement à un très vif regain d’intérêt pour les deux-roues. Non pas uniquement pour parcourir les chemins durant nos temps libres, mais aussi pour en faire un outil à part entière de notre mobilité quotidienne.

Parmi les deux-roues, le vélo et la trottinette électriques, sont en train de devenir des engins très trendy. De San Francisco à Paris, en passant par Bruxelles, on voit fleurir des marques (Bird, Lime, Troty, Axio, Billy, Taxify, etc.) derrière lesquelles se trouvent de jeunes pousses déterminées à surfer sur la vague et à populariser la formule du deux-roues électrique en libre-service.

S’ils ont des atouts indéniables (santé, environnement, mobilité,…), ces nouveaux engins vont aussi devoir se discipliner (des villes comme San Francisco et Paris sont parties en guerre contre les usages parfois anarchiques des trottinettes électriques) pour trouver leur place parmi les autres formes de mobilité ; de leur côté, les autorités publiques doivent faire en sorte que ces deux-roues soient accueillis comme il se doit dans nos villes (quand on voit les parcours d’obstacles que doivent faire cyclistes et trottinistes dans certaines villes belges, on se rend compte du chemin encore à parcourir).


Commuty

© MARIE RUSSILLO
La fonction de facility manager occupe une place toujours plus importante dans les entreprises, en particulier celles qui sont situées en ville et qui, chaque jour, drainent plusieurs dizaines (voire centaines) d’employés. Parmi ses nombreuses tâches, le facility manager doit en effet gérer l’afflux d’un nombre de véhicules qui, le plus souvent, est supérieur aux places de parking dont dispose l’entreprise (sans oublier le va-et-vient des visiteurs). Bonjour le casse-tête !

C’est à cette problématique du smart parking management que Commuty s’attaque depuis quatre ans (La Libre, 7/10/2017 et 24/6/2018). Avec succès si on en juge par les noms de ses clients. L’Oréal, Solvay, Athlon, GSK, IBA, Deloitte, Partenamut, AG Real Estate… On vous recommande d’ailleurs d’aller jeter un œil sur Youtube (Commuty Parking @AG Real Estate) pour comprendre le mode d’emploi et les avantages que la filiale immobilière de l’assureur peut retirer de l’application mobile développée par la start-up de Mont-Saint-Guibert.

La proposition de valeur de Commuty est a priori alléchante : économiser "jusqu’à 50 %" sur la facture parking d’une entreprise. D’après les calculs avancés par Anne-Claire Vanfleteren (CEO) et Nicolas Verstraete (COO), le coût moyen annuel d’une place de parking, à Bruxelles, s’élève à 2 000 euros. Et il ne fait qu’augmenter… À ce coût, on peut ajouter celui engendré par la perte de temps (entre 5 et 10 minutes chaque matin) accumulée par le personnel dans la recherche d’une place de parking. "Cela équivaut à environ 5 000 euros par an", disent nos deux interlocuteurs.

La solution de Commuty ne passe pas par la création de nouveaux emplacements de parking, mais par un partage des places disponibles. car ce qui est rare doit être partagé ! Pour ça, la start-up a développé un algorithme qui, quotidiennement, alloue les places de parking d’une entreprise en fonction des demandes. Très simple d’utilisation, l’application mobile va tenir compte de priorités déterminées par l’entreprise (places dédiées, visiteurs, type de véhicule, distance domicile-travail, etc.). En cas de refus d’une demande, la plateforme de Commuty va faire des propositions alternatives à l’employé ou au visiteur (covoiturage, transports en commun, vélo, télétravail…).

Commuty, dont l’équipe se compose actuellement de six personnes, compte un portefeuille de 35 (grandes) entreprises. Belges avant tout, mais avec aussi des premiers clients en France, aux Pays-Bas et au Danemark. Le potentiel de croissance, compte tenu du marché belge et européen du parking, est important. Anne-Claire Vanfleteren et Nicolas Verstraete restent discrets sur les résultats financiers et leurs ambitions (une importante levée de fonds est en préparation). Ils expliquent tout au plus que, depuis la mi-2017, lorsqu’ils ont décidé de mettre le focus sur le smart parking management pour entreprises, le nombre de places sous gestion a progressé "de mois en mois" pour dépasser le millier.


Avis du coach Roald Sieberath (Leansquare)

© MARIE RUSSILLO
Aujourd’hui, la proposition de valeur de Commuty s’exprime simplement : optimiser les emplacements de parking d’entreprises, ce qui permet d’aller jusqu’à doubler le nombre de voitures par place et d’économiser sur les espaces loués. Toutefois, le chemin pour y arriver a connu quelques tournants et pivots. Le produit initial de la start-up était une "app" de covoiturage d’entreprise : permettre à des employés d’une même (grande) entreprise de découvrir et organiser leurs routes communes. Ensuite, Commuty a continué de creuser le sillon de la smart mobility avec une "app" qui monitore et encourage les déplacements à vélo. Ces détours n’ont pas été du temps perdu : ils ont permis une connaissance fine des besoins et politiques de mobilité des grandes entreprises. La solution aujourd’hui panache ces éléments : les emplacements de parking sont attribués en "récompense" à ceux qui covoiturent. À défaut, on leur conseillera des mobilités alternatives. La formule "gestion de parking" plaît : elle est simple, efficace, répond à un besoin très réel… Et elle rencontre un certain succès, qui dépasse même nos frontières.

© IPM


Avis de l'expert Gert Pauwels (Orange Belgium)

© MARIE RUSSILLO
La solution Commuty s’inscrit dans un contexte de forte hausse de l’utilisation du vélo électrique dans les déplacements domicile-travail. Des sociétés d’assurances ont annoncé récemment que, certains mois, elles enregistraient davantage de nouvelles souscriptions pour des vélos électriques que pour des voitures neuves ! En janvier, on devrait assister à un nouvel essor lorsque les "pedelec" (vélos électriques rapides) entreront dans le régime du "budget mobilité". Dans ce contexte, j’ai été impressionné par le pitch de Commuty. Ils s’attaquent à un problème auquel de nombreuses entreprises sont confrontées. Comment assurer à mon employé un transfert correct du domicile au travail (et inversement) ? Ils combinent différents modes de transport en fonction des jours de la semaine. Cette idée a beaucoup de potentiel et sa pertinence ne fera que croître. Le défi de rendre cette solution durable sur le long terme résidera dans l’exécution. Il va falloir notamment tenir compte de spécificités régionales. Quand on compare le parking encombré (vélos, voitures…) de la gare de Gand-Saint-Pierre, un jour de semaine, avec celui plus clairsemé de la gare d’une grande ville wallonne, on se rend compte des disparités pouvant exister sur un même territoire…

© IPM


© LLB