Simplicité et efficacité. Ce sont les deux maîtres-mots de la plateforme en ligne CrewBooking. Derrière ce projet, on trouve Laurent Hirtz, technicien audiovisuel freelance qui, depuis plusieurs années, gère des équipes de production dans le secteur de l’événementiel. L’idée lui est venue lorsqu’il est devenu jeune papa. "Je m’occupais de ma fille de 2 ans", raconte ce jeune Walhinois. "J’ai dû être appelé au moins trois fois par la même entreprise pour me proposer des jobs qui concernaient les mêmes dates. N’étant pas disponible, j’ai dû décliner les trois propositions." De cette frustration, M. Hirtz se lance, avec d’autres, dans le développement, en version bêta, d’une plateforme destinée à faciliter et organiser la mise en contact entre les employeurs du secteur audiovisuel (productions TV, spectacles, événements d’entreprises, etc.) et les travailleurs (techniciens, artistes, indépendants, etc.). "Cela permet de gagner du temps, de simplifier la vie de tous les intervenants et de ne plus être dérangé quand on est indisponible."

Depuis l’automne 2017, CrewBooking est devenu pleinement opérationnel. L’outil s’est enrichi. En s’inscrivant gratuitement sur la plateforme, les travailleurs du secteur ont accès à un agenda où figurent tous les projets communiqués par les employeurs (feuille de route, lieu, horaire, tâche, etc.). Ils ont aussi l’opportunité de se présenter professionnellement, comme on le ferait sur LinkedIn, et ainsi valoriser leurs compétences techniques et artistiques auprès des employeurs. Enfin, chacun peut afficher ses (in) disponibilités en temps réel. Du côté des entreprises (dont l’accès à certains services est payant), il devient nettement moins compliqué de faire face à des changements de dernières minutes (comme c’est souvent le cas dans le secteur de la production audiovisuelle). Constituer une équipe en quelques clics ne relève plus de l’impossible dès lors que toute modification est automatiquement synchronisée.

© HAULOT ALEXIS
Initialement, CrewBooking s’est développé en Belgique. Mais la plateforme a rapidement franchi la frontière française, avec un focus particulier sur l’industrie du cinéma. "Rien que pour le cinéma, on estime qu’il y a 220 000 freelances en France, contre la moitié en Belgique pour l’ensemble du secteur de l’audiovisuel", indique Laurent Hirtz. À ce jour, la plateforme ne regroupe encore "que" 1 879 techniciens (pour 125 employeurs). Environ 2 000 bookings se font chaque mois. La dynamique est là, ce qui donne des ailes à la start-up brabançonne puisqu’elle ambitionne non seulement d’intégrer la gestion administrative de différents services pour le compte des travailleurs et des employeurs (dont le paiement des prestations), mais aussi de devenir la plateforme de référence au plan européen pour les métiers liés à l’événementiel, aux médias, à la communication, au théâtre et au cinéma.

Pour Laurent Hirtz et ses deux collaborateurs, le principal défi, aujourd’hui, est surtout de se faire connaître. Ce qui passera par du marketing, mais aussi, plus que probablement, par des partenariats avec des structures (publiques et privées) influentes dans les sous-secteurs ciblés.


L'avis du coach Roald Sieberath (Leansquare)

© MARIE RUSSILLO
Des sites de type marketplace, qui mettent en contact un besoin et une offre, on en a vu apparaître beaucoup. Pour juger de leur pertinence, on peut regarder une série de caractéristiques : l’intensité du pain (à quel point ça répond à un besoin aigu), la taille du marché, le caractère unique du projet, la connaissance qu’a le fondateur de son marché, etc. Sur ces divers aspects, le projet CrewBooking score plutôt bien. C’est pour l’avoir pratiqué pendant des années que Laurent Hirtz connaît le marché des équipes dans l’audiovisuel : du caméraman au preneur de son, tous ces métiers mobilisables pour des événements, souvent ponctuels, de quelques jours (conférences, concerts, tournages, etc.). La plateforme CrewBooking répond à de nombreux problèmes de ceux qui doivent "staffer" (souvent à bref délai) de tels événements, et fonctionne à la fois comme un "SaaS" (un logiciel de gestion) et comme une place de marché (un endroit où trouver des profils). Si, en Belgique, ça représente déjà 100 000 personnes (souvent dans un mode de portage salarial, via Smart ou Amplo), le projet a un potentiel encore bien plus grand à l’international. En France, par exemple, le secteur cinéma concerne à lui seul 200 000 personnes ! Et comme CrewBooking répond à un vrai problème, la plateforme se répand et s’impose progressivement. Des poches de croissance plus rapide nous semblent à chercher dans des approches de partenariat : en se greffant, par exemple, à de gros ensembliers du secteur de l’audiovisuel ou organisateurs de concerts.

© IPM