En anglais, on parle de serviced offices, ce qu’on pourrait traduire littéralement par "bureaux équipés". Le terme recouvre, plus globalement, tous ces espaces de travail qui ont fleuri, depuis une dizaine d’années, dans les grandes villes fréquentées par les milieux d’affaires (entrepreneurs, consultants, startuppeurs, etc.). Londres, par exemple, a été pionnière dans l’essor des serviced offices. À tel point que c’est devenu un secteur à part entière, et très lucratif, du marché immobilier.

Que l’on parle de business centers, d’espaces de coworking ou encore de bureaux partagés, ces lieux répondent à de nouveaux besoins des entreprises. Flexibilité, agilité et mobilité sont devenus des atouts dans la vie professionnelle de nombreuses personnes, en particulier dans les secteurs liés aux nouvelles technologies. Elles trouvent, dans les serviced offices, une solution "tout compris" qui s’avère à la fois efficace, pratique et économique.

"On assiste à une augmentation globale de ces espaces de travail, explique Thomas Celen, fondateur et CEO de ZapFloorHQ (start-up, co-créée avec Wouter Schoofs, qui a développé une plateforme de gestion d’espaces flexibles). À Londres, les serviced offices représentent déjà 22 % du marché de l’immobilier de bureaux et on sera à 30 % en 2025". L’évolution est la même dans une ville comme Bruxelles, même si elle a démarré plus tard. Des lieux comme Co. Station, Silversquare ou, prochainement, WeWork participent à cette transformation des espaces de travail.

Gestion efficiente 

ZapFloorHQ s’adresse directement aux propriétaires et gestionnaires de ces espaces équipés et partagés. La plateforme permet aux gestionnaires de centres de coworking ou centres d’affaires, ceux qu’on appelle les office managers, de gérer leur centre plus efficacement et d’accroître leurs revenus. "ZapFloorHQ offre toute une série de solutions qui vont rationaliser la gestion de ces espaces de travail ou de bureaux, indique Thomas Celen. Elle va gérer tous les aspects de la relation avec les locataires : réservation des salles de réunion, envoi et paiement des factures, animation des interactions entre locataires, etc."

Un peu à la manière d’un puzzle, le client va pouvoir composer sa plateforme ZapFloorHQ en fonction de ses besoins. Un autre atout est que le client va pouvoir intégrer, à la plateforme, toutes les applications et les outils logiciels qu’il utilise déjà.

L’objectif poursuivi, on l’aura compris, est de faciliter la vie des office managers et de leur permettre de consacrer davantage de temps aux locataires de ces espaces partagés. Un exemple : l’un des modules de ZapFloorHQ génère et gère, de façon automatisée, les factures mensuelles de chaque locataire. Une des forces de ZapFloorHQ tient aussi sa capacité à mettre à la disposition des office managers toute une série de données collectées en temps réel à différentes sources (par exemple, l’usage détaillé d’une imprimante).

Commercialisée depuis 2017, la solution ZapFloorHQ a déjà été implantée dans plus de 130 serviced offices répartis sur six pays (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, Suisse et Danemark). "Nous connaissons une croissance très rapide. En termes de traction clients, on a réalisé, au cours des quatre premiers mois de cette année, ce qu’on avait fait sur 2018".

Jusqu’ici, Thomas Celen et son associé Wouter Schoofs ont financé le développement de ZapFloorHQ, qui emploie actuellement neuf personnes, sans faire appel à des investisseurs.


L'avis du coach Roald Sieberath (Leansquare)

© DR
On connaît les avantages du modèle "SaaS" (Software as a Service), ce logiciel installé dans le cloud, qui est toujours à jour, qui est vendu par abonnement. Les investisseurs sont généralement friands de ce type de start-up, qui se pilote avec quelques paramètres : le "CAC" (Customer Acquisition Cost, c’est-à-dire ce que coûte d’attirer un nouveau client sur la plateforme), le prix mensuel (et les upsells, qui sont les ventes additionnelles) et enfin le churn (le taux auquel les utilisateurs quittent la plateforme). 

Le succès tient souvent à trouver un "bon" marché, où les utilisateurs sont nombreux, ressentent le besoin avec insistance et sont fidèles à l’usage de la plateforme. Il semblerait que ZapFloorHQ a capté plusieurs ingrédients de cette formule magique. Le marché de l’immobilier est en pleine expansion, avec la mode des coworkings, des espaces corporate qui se réinventent, etc. ZapFloorHQ arrive à point nommé pour répondre aux divers besoins de gestion de ces nouveaux espaces, avec des contraintes multiples (partages, etc.). 

La société a mis une belle intensité à développer un produit complet et performant, ce qui lui permet de prendre une bonne position non seulement en Belgique, mais dans une poignée d’autres pays européens. On a l’impression que d’importantes poches de croissance résident encore auprès des gros propriétaires d’immeubles. Ce n’est que le début !

© IPM