La société Polygon Global Partners LLP, actionnaire depuis plus de cinq ans d'Orange Belgium, détenant 5,29 % du capital, estime que le prix d'achat proposé par Orange en vue du rachat de sa filiale Orange Belgium est insuffisant et a mandaté le cabinet de conseils Deminor afin qu'il défende ses intérêts. Le groupe français Orange SA, qui possède déjà près de 53 % d'Orange Belgium, a annoncé récemment une offre publique d'acquisition (OPA) de 22 euros par action sur les actions d'Orange Belgium qu'il ne possède pas encore. Si les conditions requises sont remplies, Orange SA a l'intention de lancer une offre de reprise ("squeeze-out", dans le jargon). Orange Belgium serait dans la foulée sortie de la cote.

Le prix proposé de 22 euros par action est toutefois jugé insuffisant par Polygon Global Partners LLP qui considère que ce prix "sous-évalue manifestement Orange Belgium".

L’actionnaire minoritaire s’est donc tourné vers Deminor. "L’objectif poursuivi est d’inviter l’offrant à revoir à la hausse les conditions de son offre initiale pour adéquatement refléter la valeur stand-alone d’Orange Belgium et, à défaut, de faire obstacle à un retrait forcé ou une sortie de cotation", explique Deminor.

Doubler la valeur de l'action ?

“Ils ont estimé le prix à 22 euros par action mais ils n’ont pas soumis l’offre à une condition suspensive d’atteindre 95 % d’actions de la société. Orange SA a fait l’offre sans seuil. Donc s’ils obtiennent 90 %, ils obtiennent 90 %. La démarche de Polygon ne prend pas en otage les autres actionnaires de la société. Par contre, si jamais l’objectif d’Orange est une sortie de cotation, alors ils doivent avoir 95 % des actions. La démarche de Polygon est donc que l’offre soit revue à la hausse pour refléter la valeur objective d’Orange. Mais s’il n’y a pas de négociations et si Orange maintient sa position, effectivement Polygon pourra faire obstacle au retrait de cotation. On aurait alors une société avec un flottant moins important mais toujours en bourse” précise Pierre-Alexis Léonard, Managing Partner chez Deminor.

“Polygon a en outre mandaté une banque d’investissement qui effectue actuellement un exercice de valorisation d’Orange Belgium, dont les conclusions sont attendues sous peu”, ajoute-t-il. “Polygon, soutenus par certains analystes, estime que le juste prix est évalué entre 39,5 et 47,25 euros par action. Les actionnaires considèrent qu’il y a une décote de 44 % à 53 % sur le titre Orange car ils considèrent que dans les actifs, il y a toute une série de pylônes utilisés dans la téléphonie mobile dont la revente potentielle n’est pas valorisée”, ajoute-t-il, en précisant que la banque d’affaires Ondra réalisera une valorisation de son côté.

“Ce n’est pas faire de l’activisme pour faire de l’activisme mais il y a une valeur qui est sous-évaluée et, surtout, Orange avait justifié faire son OPA pour déployer sa stratégie et la création de valeur à long terme. Je pense que l’offre faite aux minoritaires ne tient pas compte qu’ils vont être privés de la possibilité de créer de la valeur sur le long terme. Aujourd’hui, on les sort. Cela doit rester une bonne opération pour Orange mais aussi pour les actionnaires”, conclut Pierre-Alexis Léonard. Reste à voir si l'argument de l'actionnaire minoritaire sera entendu et si la valorisation des pylônes en question est si évidente que cela.