Opel: l'ultimatum des syndicats à GM

Entreprises & Start-up

BELGA

Publié le - Mis à jour le

Opel: l'ultimatum des syndicats à GM
© AP

"C'est notre message au patron Nick Reilly. Il n'y aura pas de concession ni de sacrifice dans d'autres usines, si cette décision n'est pas révoquée", a-t-il ajouté. Le recours à la grève reste envisageable mais celle-ci n'est pas encore programmée.

Les syndicats veulent négocier avec la direction, mais réaffirment simultanément leur solidarité et mettent la pression. Le syndicaliste anversois Rudi Kennes (FGTB) a dit qu'il était important pour les employés de l'usine Opel d'Anvers de savoir que la solidarité entre les usines d'Opel/Vauxhall était maintenue.

"Et elle est réelle", a-t-il ajouté. "Nous sommes au travail parce que nous sommes prêts avec nos collègues européens à nous battre avec GM de la manière la plus judicieuse".

Peter Scherrer a déclaré qu'il n'était pas opportun de mener actuellement des grèves. "Nous sommes disposés à négocier. La grève est l'ultime recours. Nous envisageons bien diverses actions", a-t-il dit. Le syndicaliste et président du conseil d'entreprise européen Klaus Franz s'est félicité de la solidarité qui s'est développée entre les syndicats et les travailleurs "du nord au sud". Il a demandé aux travailleurs de ne pas céder à la provocation, car il estime que tant le droit que les arguments économiques sont de leur côté.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous