Le tribunal de Milan a condamné vendredi le groupe bancaire Deutsche Bank et son homologue japonais Nomura à une confiscation totale de 150 millions d'euros, pour des opérations financières douteuses visant à couvrir des pertes de la banque italienne BMPS.

Deutsche Bank Ag et Deutsche Bank London Branch ont été condamnées à une confiscation d'un montant de 64 millions d'euros et à une amende de trois millions d'euros.

Nomura a elle été condamnée à une confiscation de 88 millions d'euros et à une amende de 3,45 millions.

Selon l'accusation, ces opérations financières -- dont celles baptisées Santorini et Alexandria -- ont été réalisées par la BMPS avec la Deutsche Bank et Nomura pour couvrir deux milliards d'euros de pertes provoquées par l'acquisition, par la banque italienne, de son homologue Antonveneta, un établissement basé à Padoue (nord-est), auprès de Banco Santander.

Le tribunal a par ailleurs condamné à une peine de sept ans et demi de prison l'ancien président de la BMPS, Giuseppe Mussari, et à sept ans et trois mois d'emprisonnement l'ex-directeur général Antonio Vigni, contre huit ans et une amende de 4 millions d'euro requis par le procureur.

Des peines allant de 5 ans et trois mois de prison à trois ans et cinq mois d'emprisonnement ont été enfin prononcées contre d'autres dirigeants ou employés de la BMPS, de la Deutsche Bank et de Nomura.

Les délits condamnés, qui remontent à la période allant de 2008 à 2012, portent sur des faits de faux bilan, manipulation du marché et entrave à l'autorité de régulation de la Bourse italienne, la Consob.

La BMPS avait négocié de son côté en octobre 2016 un accord avec la justice italienne, prévoyant une amende de 600.000 euros et la saisie de 10 millions d'euros, lui permettant ainsi de ne pas faire partie de ce procès en tant que société.