Affiliée au leader chinois du commerce électronique Alibaba, la compagnie répond ainsi à l'appel de Pékin, qui souhaite voir les fleurons nationaux du secteur des technologies se coter sur les places boursières nationales, dans une période de rivalité économique et politique acérée avec les Etats-Unis.

Dans un communiqué, Ant Group a annoncé que ses actions seraient cotées à Hong Kong ainsi que sur une nouvelle plateforme créée en 2019 à Shanghai et destinée aux valeurs technologiques - le Star.

L'entreprise n'a donné aucun détail en termes de calendrier ou de montant de l'introduction en Bourse. Elle a simplement indiqué avoir "entamé le processus".

Ant Group, basé comme Alibaba à Hangzhou (est de la Chine), vise une valorisation d'au moins 200 milliards de dollars (175 milliards d'euros), selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources anonymes.

Le président exécutif du groupe, Eric Jing, a loué le Star shanghaïen qui permet selon lui de donner aux géants chinois du secteur des technologies un accès plus grand aux marchés mondiaux de capitaux.

"Nous sommes ravis d'avoir la possibilité de jouer un rôle dans cette évolution", a-t-il souligné dans le communiqué.

"Devenir une société cotée améliorera notre transparence vis-à-vis de toutes les parties prenantes, dont nos clients, nos partenaires commerciaux, nos employés, nos actionnaires et les régulateurs."

Le groupe Alibaba est déjà coté aux Etats-Unis depuis 2014. L'an passé, le géant fondé par le charismatique Jack Ma a encore levé plusieurs milliards d'euros lors d'une seconde introduction en Bourse à Hong Kong.

Selon des analystes, Ant Group occupe avec son système Alipay plus de la moitié du marché des paiements en ligne en Chine. Son principal concurrent est le géant de l'internet Tencent avec sa plateforme WeChat Pay.

Ant Group est séparé d'Alibaba depuis quelques années. Il s'est récemment lancé dans le secteur des prêts, de la gestion de patrimoine, des voyages et de toute une série d'autres services.

D'abord nommée Ant Financial, l'entreprise a changé son nom en Ant Group cette année afin de refléter sa diversification.

Elle a généré 2 milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) de bénéfices au trimestre précédent, selon des estimations de Bloomberg.