Les actifs devant être cédés d'ici le 1er juin prochain consistent en deux usines de piles, l'une en Belgique et l'autre en Pologne, ainsi qu'une entité commerciale basée en Belgique.

La présence de Panasonic dans les piles en Europe remontait aux années 1970. Cependant "il était devenu difficile pour le groupe de continuer à investir dans la croissance de son activité européenne" sur ce segment, et Panasonic renforce plutôt son activité dans ce domaine en Asie et en Amérique latine.

Les actifs cédés représentent 900 emplois et avaient généré environ 230 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019, a précisé Aurelius dans un communiqué séparé.

Rachat de Blue Yonder ?

Confronté à une forte concurrence sud-coréenne et chinoise sur ses appareils électroménagers, Panasonic a arrêté ces dernières années la fabrication de certains produits, comme les écrans TV, toujours commercialisés sous sa marque mais désormais produits par des fournisseurs tiers.

Le groupe nippon, surtout connu aujourd'hui en tant que grand fournisseur de batteries électriques pour les voitures de Tesla, est aussi en négociations actuellement pour racheter la société américaine Blue Yonder, référence mondiale dans les logiciels de gestion des chaînes d'approvisionnement pour l'industrie.

Cette acquisition pourrait peser 5,4 milliards d'euros, avait rapporté la semaine dernière le quotidien économique japonais Nikkei. Panasonic avait déjà racheté l'an dernier 20 % de Blue Yonder.