Le fabricant de moteurs britannique Rolls-Royce, durement frappé par la pandémie notamment à cause de sa branche d'aviation civile, a dévoilé jeudi une perte plus que doublée en 2020, à 3,2 milliards de livres, à cause de la pandémie. Décrivant des "répercussions sévères de la pandémie de Covid-19 sur la performance du groupe et sur ses perspectives à court terme", le groupe dit dans un communiqué avoir économisé "plus d'un milliard de livres l'an dernier".

Ces baisses de coûts ont eu lieu essentiellement grâce à des coupes sombres dans les effectifs : 7 000 personnes ont déjà quitté le groupe sur 9 000 prévues.

La perte nette part du groupe ressort à 3,2 milliards de livres (3,7 milliards d'euros) contre 1,3 milliard un an plus tôt, tandis que le chiffre d'affaires a reculé de 29 % à 11,8 milliards de livres.

"Pour les deux ou trois années à venir, nous sommes encouragés par les progrès de la vaccination et espérons un rebond du PIB mondial et une levée des restrictions aux voyages pour stimuler notre reprise", note le groupe dans son communiqué.

Si les perspectives dans le secteur de la défense restent bonnes, dans l'ensemble les incertitudes à court terme restent très élevées à cause du "Covid-19 et des mesures prises par les gouvernements dans le monde" pour freiner sa circulation.

La pandémie a provoqué un effondrement mondial du trafic aérien qui a ébranlé toute l'industrie aéronautique et fait plonger les commandes de moteurs d'avions du groupe.

"Nous continuons à investir dans les technologies de pointe (...) et dans les opportunités à faibles émissions de carbone" a commenté le directeur général Warren East.

Le groupe rappelle enfin avoir "renforcé ses liquidités à 9 milliards (...) et a lancé un programme de 2,0 milliards de livres de cessions d'actifs pour lever des fonds".

La Norvège a notamment exigé et obtenu mardi une suspension de la cession prévue par Rolls-Royce d'un producteur norvégien de moteurs pour bateaux à un groupe russe, évoquant la possibilité d'un veto en cas de risque pour la sécurité nationale.