Le groupe sidérurgique, Arcelor et l'Université de Liège (ULg) ont présenté jeudi le bilan du partenariat qu'ils ont signé le 5 février 2004. Il se veut permanent et le but est de contribuer à la (re) création des 2700 emplois qui seront perdus à terme (2009-2010) avec l'extinction de la phase à chaud décidée par Arcelor. Pour Arcelor et l'ULg, leur partenariat «résulte de la volonté commune de deux acteurs importants de la vie liégeoise d'unir leurs efforts et leurs compétences respectives en vue de contribuer à la création et au développement d'activités économiques nouvelles dans la région».

Aujourd'hui, la collaboration entre les deux partenaires a débouché sur des projets innovants basés sur des synergies nouvelles. Le premier projet baptisé Biocoat utilise la «biomimétique moléculaire», une nouvelle science qui s'inspire de la nature. C'est un nouveau concept de fabrication de tôles plus évoluées: revêtements en couche par couche organique et/ou inorganique sur de grandes surfaces avec des usages plus diversifiés. Le projet débouchera sur la création d'un nouveau centre de recherche universitaire en Wallonie. Son financement est de 1,844 million d'euros, supporté pour moitié par la Région wallonne et l'autre moitié à charge du couple Arcelor/ULg.

Alliance au profit du spatial

Un deuxième projet concerne le secteur du spatial. Le Centre spatial de Liège (CSL) possède un brevet pour des cellules photovoltaïques -réalisées au moyen de feuilles de titane- avec un très bon rendement énergétique. Le système du CSL équipe les satellites de l'industrie aérospatiale. Il se trouve qu'Arcelor a la technologie pour produire non plus des cm2 de ces supports, mais des centaines de m2 par an.

Les deux partenaires vont mettre leurs compétences en commun pour développer de nouvelles gammes de panneaux solaires plus compacts. Une société spin-off est en cours de constitution pour exploiter la technologie et alimenter les marchés spatiaux ainsi que celui des collectivités et des entreprises, etc. Un dernier projet vise la production de feuilles métalliques (foils en cuivre, cobalt et en titane) à haute valeur ajoutée et ultra minces (10 à 30 microns d'épaisseur) pour des applications dans les secteurs spatial, électronique et biomédical.

La première concrétisation du partenariat a été la création de la chaire Arcelor à l'ULg.

© La Libre Belgique 2005