La direction de Volkswagen Forest a rejeté lundi la demande des syndicats d'obtenir une prime supplémentaire pour les travailleurs prépensionnables et a quitté la table des négociations sans qu'un accord global sur le volet des prépensions ait pu être conclu.

"Nous avons mis sur la table une proposition équitable et correcte au regard des normes belges et de celles d'une entreprise comme VW, mais des représentants syndicaux ne l'ont pas jugée suffisante", a déclaré le directeur du personnel de VW Forest, Jos Kayaerts, en quittant la réunion. "Il n'y a pas d'accord sur le volet des prépensions", a-t-il ajouté.

La direction avait accepté, plus tôt dans la journée, de prendre en charge la totalité (pour les ouvriers) et 90 pc (pour les employés) de la différence entre le dernier salaire mensuel brut et l'allocation de chômage.

Les syndicats avaient ensuite réclamé une prime supplémentaire de 10 000 euros pour chacun des quelque 900 prépensionnables, mais la direction n'a pas reçu de mandat du management allemand pour la négocier, a expliqué un syndicaliste socialiste. "L'Allemagne n'a pas voulu augmenter le budget global", a pour sa part indiqué M. Kayaerts. Les syndicats se sont montrés peu loquaces à l'issue de la rencontre. "Les négociations sur les prépensions se poursuivront demain (mercredi). On verra alors", a déclaré Jan Van Der Poorten (FGTB), qui s'est refusé à donner davantage de précisions "tant que les négociations ne sont pas finies". Syndicats et direction se retrouveront ce mercredi à partir de 13h dans un hôtel de la périphérie bruxelloise.

Par ailleurs, les conséquences pour les entreprises de sous-traitance restent incertaines. "Il est grand temps que VW Forest précise ce qu'ils envisagent pour les sous-traitants", a déclaré Guy Heyrman (FGTB). Les syndicats restent sur leur position selon laquelle VW Forest doit intervenir financièrement dans les plans sociaux des entreprises de sous-traitance. (Belga)