Le ministre-président wallon Paul Magnette et Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Economie et du Numérique, ont participé jeudi à une triple inauguration sur le site de l'aéropôle de Gosselies (Charleroi). Paul Magnette y a évoqué « l'hallucinante impréparation des responsables d'ING », à propos de la restructuration annoncée.

L'événement était axé sur la stratégie numérique des entreprises, avec une triple inauguration dans ce secteur. Celle du nouveau bâtiment du CETIC, créé en 2001 pour soutenir le développement des de entreprises wallonnes, en matière de technologie. Son nouvel espace a été dédié aux besoins de recherche et de développement informatique. Deuxième inauguration, celle consacrée à Computerland, active dans le secteur informatique depuis 40 ans et spécialisée sur le marché des services informatiques. Elle occupe actuellement 200 collaborateurs et vient, en élargissant ses capacités, d'acquérir un nouveau bâtiment dans l'aéropôle. Enfin, Technofutur met en place la première Data Academy, avec 240 postes informatiques, des laboratoires techniques ou pédagogiques et une plateforme de formation à distance.

Au-delà de ce triple événement, les organisateurs avaient invité une trentaine d'orateurs à participer à exposés informatifs consacrés à l'évolution du numérique, et qui ont rassemblé plus de 400 participants.

Un débat a également eu lieu, auquel ont pris part des responsables de Microsoft, de la Commission européenne et du groupe allemand de technologie de la communication Fraunhofer.

Le ministre de l'Economie Jean-Claude Marcourt a souligné que les inaugurations du jour témoignaient de la formidable opportunité que représente le numérique. Il a mis en avant l'image d'avenir que représente le site de l'aéropôle, « qui prouve qu'on ne reste pas les bras ballants », a-t-il dit. Il a évoqué l'indispensable complémentarité entre les secteurs privé et public. De son côté, Paul Magnette a parlé de la « culture de l'innovation » qui est celle de la Wallonie. Dans le plan Marshall, le numérique a une vocation transversale, à l'heure où le taux de chômage n'a jamais été aussi bas en région wallonne, où 8000 emplois ont été créés. A propos du rôle du numérique, il s'est étonné de la raison du numérique invoquée par la direction d'ING pour justifier sa restructuration : « Cela témoigne d'une hallucinante impréparation, alors que depuis des années, tout le monde effectue ses opérations par internet », a-t-il notamment dit.