Des perquisitions ont eu lieu mardi dans les bureaux du groupe automobile Volkswagen dans le cadre d'une enquête sur une fraude au diesel menée par le parquet de Brunswick. Les opérations se sont concentrées sur certains suspects susceptibles d'être impliqués dans la modification des valeurs d'émission. Volkswagen a confirmé mardi apporter sa collaboration à l'enquête. L'entreprise estime toutefois que les accusations de fraude en question ne sont pas fondées.

L'enquête se concentre sur les voitures diesel avec un moteur du type EA288, avec une norme d'émission Euro 6. Il s'agit du successeur du moteur EA189 lié au 'dieselgate', le scandale des émissions polluantes truquées lors de tests d'homologation.

En septembre 2015, Volkswagen avait admis avoir triché lors des tests d'émissions en utilisant un logiciel illégal. En conséquence, des millions de voitures diesel semblaient moins polluantes qu'elles ne l'étaient en réalité. Ce scandale a déjà coûté plusieurs milliards d'euros d'amende et de dommages au groupe automobile, qui comprend également des marques comme Audi et Skoda.