L'aéroport londonien d'Heathrow est tombé dans le rouge l'an dernier avec une perte de 2 milliards de livres à cause de la pandémie de Covid-19 et de ses "répercussions dévastatrices sur l'aviation". En 2019, il avait enregistré un bénéfice avant impôts de 546 millions de livres, d'après un communiqué mercredi.

L'an dernier, dans la foulée des mesures de confinement à travers le monde et des restrictions aux déplacements pour endiguer la propagation du virus, le nombre de passagers a chuté de 73 % à 22,1 millions, dont la moitié avait voyagé entre janvier et février, avant l'explosion de la pandémie.

Le chiffre d'affaires a aussi plongé de 62 %, à 1,2 milliard de livres, notamment à cause d'une forte baisse de 28 % des volumes de fret.

"Les politiques gouvernementales des derniers mois ont de fait fermé les frontières. Nous n'avons pas eu de soutien gouvernemental autre que les aides au maintien de l'emploi et n'avons pas bénéficié d'allègement ou suspension de la taxe sur les entreprises comme d'autres aéroports ou commerces", revendique Heathrow.

Il appelle le Chancelier de l'Echiquier, Rishi Sunak, à apporter du soutien au secteur, l'un des plus durement frappés par la pandémie, lors du budget qui sera présenté en mars.

La survie de l'aéroport n'est pas en danger

Les dirigeants de l'aéroport rappellent dans le communiqué avoir "agi rapidement pour couper dans les coûts opérationnels de 400 millions de livres en réduisant les dépenses d'investissement de 700 millions et en levant 2,5 milliards de livres de financements".

"Nous avons fini l'année avec 3,9 milliards de livres de liquidités, assez pour tenir jusqu'en 2023", fait valoir le communiqué, qui insiste sur le fait que "la reprise économique sera freinée tant que les vols passagers long courriers n'ont pas redémarré, particulièrement vers des marchés clé comme les Etats-Unis".

Il appelle le Premier ministre Boris Johnson à "établir des normes communes pour le voyage international avec les autres leaders mondiaux lors du G7 en juin", qui se tient en Angleterre.

Heathrow, qui était l'un des principaux hubs aéroportuaires mondiaux avant la pandémie, a décidé de garder son terminal 4 fermé jusqu'à fin 2021.

Le secteur du voyage espère toutefois une reprise forte du trafic à partir du printemps, notamment depuis le Royaume-Uni grâce au plan de déconfinement du gouvernement Johnson.

Fin décembre, la Cour suprême britannique a redonné vie au projet contesté d'agrandissement d'Heathrow. La cour d'appel avait auparavant estimé qu'il n'était pas assez respectueux de l'environnement et que le précédent gouvernement conservateur, qui l'a approuvé en 2018, aurait dû tenir davantage compte de l'Accord de Paris sur le réchauffement climatique.