La chemise que je porte aujourd’hui, je l’ai achetée sur Vente-Exclusive.com. Les chaussures aussi d’ailleurs. Ce sont des marques que j’aime beaucoup", nous confie Peter Grypdonck, CEO du site belge d’e-commerce, spécialisé dans les ventes flash. "Bien avant de travailler ici, j’étais déjà client. Je fais pas mal d’achats sur Internet en général. Et de plus en plus !" Ces achats lui permettent de se faire plaisir bien sûr, mais aussi de tester les sites et les produits et de pouvoir faire un feedback à ses équipes. Ce contact avec le terrain et ses équipes, il y tient.

Ingénieur civil, Peter Grypdonck a complété sa formation par du management à la Vlerick à Gand avant de décrocher un premier emploi dans le cabinet de conseils Bain&Company. "C’était le job idéal pour commencer une carrière. On devait apprendre très vite beaucoup de choses", explique Peter Grypdonck, qui décide de compléter sa formation par un MBA de deux ans à l’Insead à Fontainebleau, MBA qui sera payé par son employeur. De retour en Belgique, il travaille encore deux ans chez Bain avant d’être contacté par un chasseur de têtes pour un poste chez eBay. "J’avais fait du conseil. J’avais envie de changer et d’être dans le business. Internet m’attirait, avec ses défis mais aussi ses opportunités."

En 2007, il est nommé country manager pour la Belgique. Mais deux ans plus tard, une réorganisation et une centralisation du site le poussent à partir. "On me proposait un emploi en Suisse, mais cela tombait à un mauvais moment, au niveau familial notamment", indique ce papa de 3 enfants.

Des connaissances lui parlent d’un poste de directeur général chez Immoweb. "C’était un peu le même genre de défi que chez eBay, même si le secteur était différent", raconte celui qui restera deux ans à ce poste, avant de rejoindre en 2011 Vente-Exclusive.com. "Un chasseur de têtes m’a contacté", déclare Peter Grypdonck. "Je ne connaissais pas grand-chose à la mode, ni à la logistique, mais j’étais content de continuer à apprendre. Et puis, j’apportais tout de même une certaine expertise. J’ai appris à connaître les marques, notamment en accompagnant mes commerciaux sur les foires. Il est important aussi de comprendre le cycle de production dans la mode pour apporter les meilleures solutions aux marques avec lesquelles nous travaillons, marques que nous considérons comme des partenaires d’ailleurs."

Fondé en 2007 par deux entrepreneurs belges - Léon Seynave et Stefan Tournoy, qui participent toujours aux décisions stratégiques -, le site est spécialisé dans les ventes flash de produits de marques avec des réductions importantes (jusque 70 %). En septembre 2015, un accord a été signé avec le site français vente-privee, qui a repris 50,1% du capital, le reste étant toujours aux mains des fondateurs et de quelques membres du management. "L’opération était intéressante pour eux car cela leur ouvrait le marché du Benelux. Pour nous aussi, grâce aux contacts avec des marques avec lesquelles nous ne travaillions pas encore." Vente-Exclusive.com représente désormais le groupe dans le Benelux. "Nous avons nos marques belges et nous offrons les marques de vente-privee que nous estimons intéressantes pour notre clientèle. Nous nous occupons aussi du développement dans les pays scandinaves où nous comptons être actifs d’ici un an."

Présent surtout au départ sur le marché de la mode, Vente-Exclusive.com a développé son offre au fil du temps : maison, déco, cuisine, voyages…. "Actuellement, on regarde du côté du vin. Nous avons déjà fait quelques ventes tests. Si cela prend, on en fera plus", note Peter Grypdonck, qui ambitionne de poursuivre la croissance enregistrée depuis plusieurs années : près de 5 millions de membres (contre 400 000 en 2011), 8 ventes par jour (contre une au départ), engagement de 80 collaborateurs en 2016, 1000 marques représentées… "Le marché de l’e-commerce est un marché d’avenir. Il est important d’y avoir une certaine taille, notamment pour faciliter les investissements qui sont très lourds", précise le patron du plus important acteur d’e-commerce en Belgique. "Nous ne sommes pas contre les magasins physiques, mais il est clair que la tendance est à l’e-commerce. On ne pourra pas l’arrêter. Il est dès lors essentiel pour l’économie belge que nous développions un secteur d’e-commerce efficace, sinon les Belges iront acheter les produits à l’étranger. Et cela ne créera pas d’emploi chez nous."