Le groupe pharmaceutique américain Pfizer estime que les ventes du vaccin anti-Covid, développé en partenariat avec la société allemande BioNTech, atteindront environ 15 milliards de dollars sur toute l'année 2021, une somme colossale qui pourrait augmenter si le laboratoire signe des contrats supplémentaires.

Ce vaccin serait ainsi un des plus gros "blockbusters" de l'histoire de la pharmacie. Pfizer, qui dévoilait mardi ses résultats trimestriels, s'attend à dégager sur ce produit une marge avant impôt d'environ 25 % à 30 %.

Au quatrième trimestre, les ventes du vaccin, autorisé dans plusieurs pays dès fin 2020, ont déjà atteint les 154 millions de dollars.

Pfizer, qui avait fourni début janvier une première estimation de son bénéfice par action ajusté, l'a relevé à la suite de calculs plus affinés sur les potentiels revenus tirés du vaccin : il s'attend désormais à un bénéfice par action ajusté compris entre 3,10 et 3,20 dollars contre 3,00 à 3,10 dollars auparavant.

Ce bénéfice est l'indicateur surveillé par les milieux financiers pour mesurer la rentabilité d'une entreprise car il ne prend pas en compte des éléments externes à la performance comme les impôts et certains coûts.

Montée en flèche du chiffre d'affaires et du bénéfice net

Le chiffre d'affaires total en 2021 devrait atteindre 59,4 à 61,4 milliards de dollars, ce qui correspondrait à une augmentation comprise entre 42 % et 47 %.

Ces prévisions, souligne Pfizer, sont basées sur l'hypothèse d'une "reprise continue de l'activité macroéconomique et de la santé tout au long de 2021 au fur et à mesure que les populations seront vaccinées contre le Covid-19".

Au quatrième trimestre 2020, le chiffre d'affaires de Pfizer a augmenté de 12 % à 11,7 milliards de dollars. Il a été porté par la progression des ventes de traitements contre différents types de cancer (+23 %) et de l'ensemble des vaccins du groupe (+17 %).

Le laboratoire, qui avait enregistré une perte nette de 333 millions de dollars au 4e trimestre 2019, est repassé dans le vert en dégageant un bénéfice net de 534 millions de dollars.

Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires du groupe, qui s'est séparé en novembre de sa filiale de médicaments non brevetés Upjohn pour la fusionner avec Mylan et former Viatris, a progressé de 2 % à 41,91 milliards de dollars.

Son bénéfice net a reculé de 41 % pour atteindre 9,6 milliards de dollars.